Mercredi 15 avril 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Auto
Culture
Contribution
Tendances  
Digoutage
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : L’ANCIEN MINISTRE DU COMMERCE, HACHEMI DJAÂBOUB :
«La politique de subvention des produits de première nécessité est une catastrophe»


La politique de subvention des produits de première nécessité doit être recadrée pour cibler les ménages et pas les produits.
M. Kebci - Alger (Le Soir)
C’est ce qu’a défendu, hier mardi, l’ancien ministre du Commerce et vice-président du MSP, Hachemi Djaâboub. Intervenant dans le cadre de la toute première conférence thématique portant sur les répercussions de la baisse des cours du pétrole sur l’économie nationale, organisée par la Coordination pour les libertés et la transition démocratique (CLTD) dont son parti est membre, Djaâboub a qualifié de «catastrophe» cette politique de soutien des prix des produits de première nécessité du fait, selon lui, qu’elle «ne profite pas aux démunis et aux pauvres». «Il faut cibler le ménage et aller «graduellement vers la vérité des prix», a-t-il affirmé, car pour lui, les transferts sociaux de 25 milliards de dollars l’année dernière, «c’est de la poudre aux yeux puisque voilant une véritable catastrophe».
L’ancien ministre du Commerce a également plaidé pour la révision de fond en comble de la politique agricole qui ne doit pas, selon lui, se limiter à la subvention de la vigne et de la fraise. Un soutien qui doit aller à «l’agriculture et pas à l’agriculteur».
Dénonçant l’accord d’association avec l’Union européenne qu’il a qualifié de «crime» contre l’économie nationale qui ne profite, a-t-il expliqué, qu’aux pays de l’UE et pas, a-t-il regretté «aux pays du continent africain et ceux de la sphère arabe». Alors que, selon lui, il aurait été opportun de jouer sur les taxes douanières pour encourager la production locale ; Djaâboub invitera les pourfendeurs de l’option d’adhésion à l’OMC à avancer le moindre danger que cette option présenterait pour le pays. Surtout que, comme il l’a souligné, «toutes les lois amendées pour ce faire «sont déjà en vigueur», ne subsistent, selon lui, que «quelques engagements minimes». Pour lui, la situation actuelle de stand-by ne fait que profiter à la France et à l’UE. Pour sa part, l’ancien chef du gouvernement, Ahmed Benbitour, a réitéré, à l’occasion, sa prédiction catastrophique pour 2016, un scénario pire que celui de 1986, puisque, a-t-il avancé, «les dirigeants du pays gèrent l’aisance financière avec beaucoup de laxisme, enfonçant l’économie nationale dans une dépendance extrême des recettes d’exportation des hydrocarbures».
A noter que l’autorisation pour cette conférence thématique, la première d’une série de cinq devant se dérouler chaque mardi, n’a été délivrée par les services de la Wilaya d’Alger qu’hier vers 11h.
Mais le MSP, auquel a échu l’organisation de cette manifestation, a prévu de tenir cette dernière en son siège national en cas de refus, comme retenu lors du dernier sommet de la CLTD.
M. K.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site