Jeudi 23 avril 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Contribution
Les choses de la vie  
Ce monde qui bouge  
Digoutage
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : CRISE AU FLN
Belkhadem n’abdique pas


Ce serait méconnaître les us et pratiques du FLN que d’avoir à enterrer aussi vite l’ancien secrétaire général, qui semble signifier à son successeur qu’il n’a jamais abdiqué.
M. Kebci - Alger (Le Soir)
C’est que Abdelaziz Belkhadem n’a pas encore dit son dernier mot et que le rêve de reconquérir la tête du vieux front à même de lui servir de rampe de lancement pour le Palais présidentiel ne l’a jamais quitté. Preuve en est le dernier conclave qu’il vient d’organiser chez lui, prétextant la célébration de son retour d’une omra. Car, le profil des convives et les discussions qu’il y a eu ne laissent aucun doute quant à l’objectif recherché. En effet, ils étaient, selon un de ces invités, près d’une centaine, parmi lesquels beaucoup de membres du comité central dont Boualem Djaffar, sénateur et membre du comité central qui s’est laissé à la confidence autour de cette réunion. Invité avant-hier en soirée, d’une émission politique sur la chaîne El Bilad, Djaffar a avoué que la crise qui couve au FLN a été au centre des discussions. Selon lui, l’ancien chef du gouvernement a estimé que le vieux front est «absent des grands dossiers du pays» et que les «corrupteurs détiennent le centre de décision» au sein du parti. «Il faut se préparer au prochain congrès», a insisté Belkhadem qui tient plus que jamais, a-t-il poursuivi, à «une session du comité central pour l’élection d’un nouveau secrétaire général du parti». Une session qui se tiendra au plus tard la semaine prochaine, à la faveur de la réunion du quorum nécessaire parmi les membres du comité central dont, selon lui, «pas moins de 185 ont paraphé une pétition pour ce faire».
Belkhadem n’a pas manqué, selon toujours le sénateur Boualem Djaffar, d’avertir l’actuel secrétaire général du parti quant à ses velléités de mener en solo les préparatifs du prochain congrès. Auquel cas, a-t-il dit, «je ne prendrai pas part à ce congrès sur mesure».
Le sénateur a reconnu, dans la foulée, que le communiqué faisant part de l’éviction de Belkhadem du poste de ministre d’Etat et conseiller spécial du président de la République était «lourd» pour lui et ses pairs.
Mais, a-t-il précisé, pas au point de «nous affecter moralement, puisqu’il nous a davantage encouragés et stimulés à poursuivre le combat pour remettre le parti sur sa voie», s’en remettant, pour ce faire, au président du parti qui n’est autre que le président de la République.

Saâdani contre-attaque
Sentant le danger et de peur que les choses ne lui échappent, Saâdani accélère la cadence de préparation du prochain congrès de toutes les convoitises. Il réunit, ce jeudi, les secrétaires des mouhafadhas et des présidents des commissions provisoires.
Un conclave, le second du genre auquel recourt le secrétaire général tant décrié, et dont l’ordre du jour n’est pas connu. Mais il n’est pas exclu que Saâdani mette à profit cette réunion pour se replacer et contrer les offensives tous azimuts qui le menacent. Dont donc la dernière réunion at-home de Belkhadem qui jure de le destituer lors d’une toute prochaine session du comité central.
M. K.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site