Mardi 5 mai 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Retraite
Culture
Contribution
A fonds perdus
Entretien
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 

Le soir videos


Video sur Youtube

Nos archives en HTML


Actualités : Adieu Camarade

Fidèle à lui-même, mon ami Amar s’en est allé comme il a vécu, sans tambour ni trompette, laissant celle de la renommée aux avides des feux de la rampe.
La foule qui l’a accompagné à sa dernière demeure, témoigne de l’attachement à sa personne et aux valeurs qu’il a su semer autour de lui tout au long de sa vie. En me joignant à cette marque de sympathie, c’est surtout l’homme passionné par l’Algérie que je voudrais évoquer. Né en 1942 à Aïn Berda, dans la région d’Annaba, il a choisi, très jeune, de s’émanciper vers les rangs de l’ALN où son amour patriotique s’est aiguisé dans la lutte pour le recouvrement de l’indépendance de l’Algérie. Ce compagnonnage dans le combat pour la liberté l’a définitivement marqué. Plus tard, après l’indépendance, il obtiendra en 1966 le diplôme de l’Académie du cinéma, du théâtre, de la radio et de la télévision de Belgrade. Mais son goût pour les combats politiques le poussera à poursuivre ses études supérieures en sciences politiques et économiques à l’Université d’Alger. C’est à ce moment que nos chemins se sont croisés et que nous sommes devenus amis, à la vie, à la mort. La cruelle l’a pris, mais elle ne prendra pas nos longues soirées de débats politiques passionnés. Tout était à construire et l’artiste s’est doublé de l’acteur politique pour donner corps à ses idées. Car le cinéaste a engendré, parfois dans la douleur, des œuvres qui lui valurent de prestigieux prix dans des festivals internationaux. Je me souviendrai toujours de nos retrouvailles chaleureuses à Ouagadougou où j’étais en poste et lui concourant pour un prix du Fespaco qu’il obtint avec brio. C’est que Amar a été prolifique en films chocs, historiques, révolutionnaires, j’en passe et des meilleures qualifications. Le cultissime Patrouille à l’Est ( 1972) dont le cri/totem «Yaou alikoum min Guelma» restera à jamais l’oriflamme des cinéphiles algériens. Et comment ne pas citer Fleur de lotus (1998) ou Les Portes du silence.
C’est en ma qualité de témoin, et souvent de complice que je veux restituer la générosité de Amar qui s’est exprimée aussi dans son autre vie : son militantisme politique notamment à travers l’action syndicale. Je veux surtout dire combien il fut animé de foi et de passion dans l’exercice de ses fonctions de secrétaire général du Syndicat des comédiens, de théâtre et de cinéma qui relevait de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA). Ce poste lui a permis de conjuguer l’élan artistique à l’ardeur politique. Malgré la chape de plomb des années du terrorisme, malgré les coups bas des ennemis de toujours de l’Algérie, il sut rester authentique, vrai et surtout attentif aux autres. Je garderai en mémoire les promenades sur le Cours de la Révolution, à Annaba, durant lesquelles nous refîmes le monde plusieurs fois, avant de revenir comme d’habitude au seul sujet qui nous animait réellement : l’amour de la patrie qu’il a su sublimer par l’image.
Je dédie cet hommage posthume à ses familles, la sienne propre et celle plus large du cinéma, à ses camarades militants, à ses compagnons de lutte pour l’indépendance, les moudjahidine, et aux membres de l’association Lumière qu’il présidait et dont le nom même résume parfaitement Amar. Jusqu’au bout, les lueurs de l’espoir auront guidé sa vie. Feu Amar était toute flamme.
Abdelkader Messahel
Ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site