Dimanche 10 mai 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
Contribution
Ici mieux que là-bas
Reportage
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 

Le soir videos


Video sur Youtube

Nos archives en HTML


Actualités : LA MINISTRE DE LA CULTURE MET SA MENACE À EXÉCUTION
Nadia Labidi poursuit Hanoune en justice


La ministre de la Culture met à exécution sa menace d’il y a une dizaine de jours contre la secrétaire générale du PT. Nadia Labidi est, en effet, passée à l’acte, jeudi dernier, en déposant une plainte contre Louisa Hanoune pour «diffamation».

M. Kebci -Alger (Le Soir)
Une première dans les annales du pays, une ministre de la République dépose une plainte contre une personnalité qui plus est, se trouve être un chef de parti et des plus proches du président de la République.
«Comme je l'avais annoncé, j'ai demandé à mes avocats de déposer une plainte pour diffamation contre Mme Louisa Hanoune», écrit Nadia Labidi dans un communiqué, précisant que «cette plainte a été déposée le jeudi 7 mai auprès du tribunal de Sidi-M'hamed».
Une ministre qui ne fait que passer à l’acte, son «avertissement» sous forme d’une «lettre» qu’elle lui a envoyée il y a quelques jours, n’ayant visiblement pas trouvé «écho favorable» auprès de la patronne du PT. Dans cette missive, Labidi invitait Hanoune à «se dédire et à retirer ses accusations sous peine de poursuite judiciaire».
Bien au contraire, cette lettre n’a fait «qu’attiser» davantage «l’appétit» de la secrétaire générale du PT et de ses députés qui se sont, alors, mis à brocarder la ministre de la Culture. Profitant des débats en plénière à l’APN autour du projet de loi relatif aux activités et au marché du livre, bien des parlementaires du PT ont eu à multiplier les accusations de «dilapidations des deniers publics et de conflits d’intérêts» contre Labidi.
Cette dernière est accusée notamment de «se servir» en finançant des projets de son agence, Procom Production. Des actes relevant de conflits d’intérêts à greffer à d’autres «griefs» dont le financement de projets d’amis et de proches et d’associations dont elle serait membre.
Autant d’accusations auxquelles la ministre de la Culture a riposté, affirmant qu’elle a eu à céder à son mari et à son père, quelques semaines avant son intronisation comme ministre, sa «petite société».
Une réplique visiblement «molle» qui n’a pas été pour faire baisser la tension puisque la secrétaire générale du PT a poursuivi ses attaques contre la ministre cataloguée, désormais, dans le registre des «oligarques» qui tentent, selon Hanoune, de «gangrener les institutions du pays».
Elle l’a même «défiée» d’aller en justice, manifestant sa disponibilité à se dessaisir de son immunité parlementaire, affirmant avoir «les preuves de ses accusations».
Un «défi» que Labidi vient, donc, de relever en s’en remettant à la justice. Une démarche dont on prend acte au niveau du PT. «Nous prenons acte de cette plainte qui engage le gouvernement et le président de la République qui l’a nommée car la ministre de la Culture n’est pas une personnalité indépendante», dira d’emblée un membre du bureau politique du parti. Comme pour signifier que la ministre de la Culture n’aurait jamais agi de la sorte si elle n’avait pas eu le quitus du haut-lieu, notamment le Premier ministre et le chef de l’Etat dont Hanoune est réputée pourtant d’être une proche.
Mais qu’à cela ne tienne, ajoutera Ramdhane Taâzibt, «notre secrétaire générale est prête à se dessaisir de son immunité parlementaire pour répondre à la convocation de la justice».
Ce que même les députés du PT sont prêts à faire, eux, qui ont «apporté les preuves des malversations et des conflits d’intérêts de la ministre de la Culture», précisera, enfin, notre interlocuteur.
M. K.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site