Dimanche 10 mai 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
Contribution
Ici mieux que là-bas
Reportage
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 

Le soir videos


Video sur Youtube

Nos archives en HTML


Actualités : 11e forum de l’omnipraticien
Plaidoyer pour la réhabilitation du généraliste


Pivot du système de santé, le médecin généraliste semble, néanmoins, se sentir marginalisé. C’est ce qui ressort de la deuxième journée du 11e forum de l’omnipraticien. Le président du comité d’organisation dudit forum plaide pour une révision de schémas de fonctionnement «obsolètes».

Nawal Imés - Alger (Le Soir)
Très sollicité, le médecin généraliste est en théorie au cœur du système de santé. Les principaux concernés estiment, en effet, que leur rôle n’est pas mis en valeur.
Salah Laouar, président du comité d’organisation de la manifestation scientifique estime, en effet, urgent de «sortir des clichés» en décloisonnant un système qui, à force d’être cloisonné, a fini par condamner le malade algérien à errer de structure en structure. Il est primordial, dit-il, de remettre le patient au cœur des préoccupations pour assurer un meilleur fonctionnement de l’ensemble du système qui paraît aujourd’hui dépassé.
Selon Salah Laouar, la réhabilitation du médecin généraliste doit passer par une meilleure formation. Selon ses dires, «le médecin généraliste doit retourner à l’université» mais pas seulement : c’est tous les programmes qui doivent être revus car, estime-t-il, ils sont aujourd’hui en décalage avec les besoins exprimés par la population.
Une analyse que semble partager le Dr Selmi qui rendait publics les résultats d’une enquête, expliquait hier, qu’il était urgent de mettre en place un réseau pour une meilleure coordination entre les différents intervenants dans la prise en charge d’un malade.
L’enquête menée a, en effet, démontré une totale absence de coordination entre le Samu et les médecins généralistes. Le malade algérien, dit-il, n’a pas le réflexe d’appeler le Samu et s’adresse directement au généraliste. Certains d’entre eux, dit-il, ne connaissent pas le numéro du Samu. Il affirme également qu’il faut trouver un modèle algérien de coordination car le copier-coller a montré ses limites.
N. I.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site