Mercredi 13 mai 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Auto
Culture
Contribution
Tendances
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 

Le soir videos


Video sur Youtube

Nos archives en HTML


Même les poètes maudits n’y tiendraient pas 5 minutes !

Par Hakim Laâlam  
Email : [email protected]
Fabius et Macron à Alger. Et bien sûr, personne n’a pensé à vérifier si la longueur…

… de leurs pantalons était conforme à la chariaâ !

Juste pour sortir un petit moment du procès Khalifa, de Saâdani, de Belkhadem, d’Ouyahia ou des tourments de M’Bolhi dans le soccer US. Je découvre, en lisant les pages «Régions» d’un confrère, qu’il existe dans la commune de Bourouba, à Alger un quartier dénommé «Cité La Faïence». Et là, je pose le journal, en ayant tout de même pris soin de le refermer, comme un exorcisme, pour ne pas être tenté de le rouvrir et de relire. Cité La Faïence ! Seul face à ma tasse de thé, je marmonne ce nom de quartier en boucle. Comme une litanie. Comme lorsqu’après une collision, un accident grave, le conducteur ou juste un passager sort du véhicule et répète sans arrêt, sans même qu’on le lui demande, son nom, son prénom, son âge et son incrédulité face à la couleur tellement bleue du ciel en cet été balbutiant. Cité La Faïence ! Comment veux-tu, après, que la violence ne gangrène pas l’Algérie lorsqu’une cité du pays, un ensemble où des gens vivent, mangent et dorment est affublé de cette dénomination ? Cité La Faïence ! Sur quoi peut déboucher une vie passée dans des barres d’immeubles frappées du sigle «Cité La Faïence» ? Sort-on vraiment indemne d’une enfance coincée, ballotée d’un mur à l’autre de la Cité La Faïence ? Quelles histoires d’amour peuvent se graver et sur quel… marbre dans une houma estampillée Cité La Faïence ? Les rendez-vous dans la Cité La Faïence ont-ils encore une tonalité humaine ou sont-ils avalés par les carreaux 40x40, face lisse ou antidérapante ? Et puis, par-dessus tout, la justice ne devrait-elle pas s’autosaisir de cette affaire autrement plus scandaleuse ? Exiger que celui ou ceux qui ont accepté, ou, pis, encouragé et officialisé la mise en cadastre d’une Cité La Faïence viennent à la barre répondre de leur acte, fournir des explications. Dire juste pourquoi des enfants naissent, grandissent, jouent, vont à l’école, deviennent adultes et crèvent dans une Cité La Faïence. On doit pouvoir remonter à l’origine de ce mal terrible. Cette épidémie de cités La Faïence, Le Granito, Bellouta, Rass Ezz’bel ou Z’niket Echira. On ne peut pas exiger que des sonates s’écrivent le soir dans un F3 de la Cité La Faïence et y soient jouées le lendemain par des Mozart en herbe. La poésie ne rode jamais aux abords de la Cité La Faïence. Il n’existe d’ailleurs pas de poètes assez maudits pour déclamer leurs vers d’un balcon de la Cité La Faïence. Des barres d’immeubles de la Cité La Faïence ne s’élèvent que les volutes de thé fumé à pleins tubes dans l’espoir fou de rester éveillé, juste éveillé à ce cauchemar national qui continue.
H. L.

Nombre de lecture : 1

  Édition papier
Lire le journal en PDF

Télécharger le journal en zip

Dernier sondage 

Pensez-vous que le procès Labidi-Louisa Hanoune a une chance d’être ouvert avant la fin de l’année 2015 ?

Oui : 14,4%
Non : 77,12%
S. Opinion : 8,48%

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site