Mercredi 27 mai 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Auto
Culture
Contribution
Tendances  
Digoutage
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : Alors que les inspecteurs de la banque d’Algérie n’étaient pas assermentés
Le ministère des Finances ne pouvait rien contre Khalifa Bank


De notre envoyé spécial à Blida, Mehdi Mehenni
L’ancien secrétaire général du ministère des Finances, Abdelkrim Lakehal, a témoigné, hier, au tribunal criminel près la cour de Blida, que son département ne pouvait donner suite aux rapports relevant des infractions chez Khalifa Bank, du fait que les inspecteurs de la Banque d’Algérie n’étaient pas assermentés.
Au titre de la dix-huitième journée du procès Khalifa, il a été établi que le ministère des Finances était bien au fait des anomalies qui caractérisaient déjà à Khalifa Bank, mais qu’il ne pouvait pas intervenir.
L’ancien secrétaire général du ministère des Finances, Abdelkrim Lakehal, qui est passé hier à la barre, a témoigné devant le juge Antar Menouar qu’un rapport relevant des infractions à la loi a été bel et bien adressé par la Banque d’Algérie au ministre de tutelle de l’époque, Mourad Medelci.
Le témoin du jour a ainsi affirmé que le premier rapport, encore préliminaire, a été établi en décembre 2001. «Ledit rapport évoquait effectivement des manquements aux procédures bancaires, mais comme les inspecteurs de la Banque d’Algérie n’étaient pas encore assermentés, ils ne pouvaient dûment établir des procès-verbaux. Le rapport restait donc incomplet et ne contenait pas assez de pièces pour intervenir ou encore enclencher une action en justice», a-t-il expliqué. Mais selon toujours le témoin, après la succession de Mohamed Taleb Terbèche à Mourad Medelci, à la tête du ministère des Finances, en juin 2002, le rapport en question a été relancé. Abdelkrim Lakehal a souligné que le tout nouveau ministre de l’époque, qui avait entendu parler du rapport, avait demandé une copie puisque la première et originale n’était pas au niveau du ministère. En clair, elle avait été personnellement adressée à Mourad Medelci. Ce n’est donc qu’en novembre 2002, poursuit le témoin, qu’un rapport complet et final a été adressé par la Banque d’Algérie au ministre.
Le témoin a également précisé que le rapport final était le fruit d’un groupe de travail instruit par Mohamed Taleb Terbèche, pour lever le voile sur les anomalies déjà constatées dans le rapport préliminaire de décembre 2001.
Pour rappel, le gouverneur de la Banque d’Algérie, Mohamed Laksaci, avait évoqué ce rapport lors de son témoignage au tribunal criminel près la cour de Blida, lundi dernier. Il a, lui aussi, affirmé l’avoir transmis à Mourad Medelci. Son rapport étant resté sans suite, il a avoué n’avoir découvert que les inspecteurs de la Banque d’Algérie n’étaient pas assermentés qu’à partir de 2002.
M. M.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site