Mercredi 27 mai 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Auto
Culture
Contribution
Tendances  
Digoutage
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : La Recherche au service de l’économie
Les écueils du FCE


Cloisonnement et totale absence de passerelles entre l’université et le monde économique. Un constat fait depuis plusieurs années et réitéré, hier, par le président du Forum des chefs d’entreprises.
Nawal Imès - Alger (Le Soir)
Célébrant, hier, la Journée de l’étudiant, le FCE fait un constat sans appel de l’état de la recherche. Son président estime, en effet, que «l’expérience de notre université, comme celle de l’entreprise, depuis cinquante ans, n’ont permis ni l’émergence d’une entreprise compétitive, ni celle d’un système d’enseignement et de recherche efficient». Résultat, ajoute Haddad, ces deux mondes s’ignorent superbement car restés jusque-là «dans un cloisonnement qui n’a servi ni l’entreprise ni l’université et donc ni le développement du pays».
Le FCE, dit-il, est disposé à jeter les ponts entre la sphère économique et l’université.
Il appartiendra, ajoute-t-il, aux entrepreneurs et aux universités de trouver le cadre adéquat pour lancer les initiatives devant permettre au potentiel existant au niveau de l’enseignement supérieur de s’exprimer et de se mettre à la disposition du monde économique.
L’université, quant à elle, est-elle prête à pourvoir le marché de chercheurs ? De l’aveu même de Abdelhafid Aouragh, directeur de la recherche au niveau du ministère de l’Enseignement supérieur, l’Algérie n’a pas encore atteint le ratio de chercheurs édicté par les normes internationales avec seulement 700 chercheurs pour un million d’habitants. Il faudra attendre 2020 pour combler le déficit en matière de chercheurs.
Le premier défi, selon Aouragh, réside dans l’investissement dans le facteur humain.
Il reconnaît qu’entre 1986 et 2002, aucun investissement n’avait été consenti.
La mise à niveau, dit-il, devrait s’opérer d’ici 2018. Il mise beaucoup sur le texte concernant la recherche scientifique qui sera bientôt examiné par l’Assemblée populaire nationale.
N. I.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site