Lundi 1er juin 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Corruptions
Culture
Monde
Contribution
Kiosque arabe  
Digoutage
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : BOUDIAF À PROPOS DU SERVICE CIVIL...
«La fin n’est pas pour demain»


En marge de la Journée mondiale sans tabac, le ministre de la Santé a réagi concernant l’annulation progressive du service civil que préconisent les médecins spécialistes. Dire que ce service civil devrait être retiré progressivement c’est un pas géant qui peut régler «ce faux problème».
Un médecin spécialiste que l’Algérie a formé a fait de lui ce qu’il est. Il y a des citoyens qui sont dans des régions dépourvues de tout, je pense qu’il serait judicieux de prendre ces médecins spécialistes en considération, c'est-à-dire qu’il faut les accompagner avec des mesures incitatives qui leur permettent d’aller travailler dans ces régions.» Le ministre revient encore sur le sujet et se veut clair sur cette question du service civil «on ne peut pas prendre une telle décision aujourd’hui parce que nous avons tout de même une population importante dans les Hauts-Plateaux et dans le Sud qui attendent de nous à ce qu’on assure leur santé. Ce n’est pas possible pour le moment, ça peut venir progressivement, mais pas du jour au lendemain. On n’est pas encore prêt et ce n’est pas pour demain». Concernant les grèves qui touchent la santé, le ministre estime que son secteur n’enregistre pas de grève et de préciser : «Moi j’ai 19 syndicats, on les a tous reçus et réglé leurs doléances dans les limites du raisonnable, on était clair sur un ou deux points sur lesquels nous leur avons expliqué que nous ne pouvions rien faire pour». Concernant la gratuité des soins qui est, dira le ministre, un acquis indiscutable, face auquel des malades démunis se voient exiger des contreparties financières pour accéder à certains services dans des établissements publics, le ministre s’insurge et dira ne pas être au courant «moi, ministre de la Santé, je suis surpris et je vous réponds que je demande à ces citoyens ayant eu ce type de demande de m’écrire pour dénoncer ces faits et j’agirai de sitôt par une inspection, et des sanctions seront prononcées ».
A. B.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site