Mardi 23 juin 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Contribution
A fonds perdus  
Digoutage
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : Le Bonjour du «Soir»
Le grand cirque Amar(s) et François


Par Maâmar Farah
On reproche à la presse de déstabiliser le pays quand elle parle de DRS, de Saïd Bouteflika, etc. Mais, en réalité ce sont les deux Amar qui en parlent le plus. La question est de savoir pourquoi ils reviennent épisodiquement, et à tour de rôle, sur ces sujets qui commencent à devenir lassants.
Oublions que Amar bis a déjà menti sur la date de livraison de l'autoroute et essayons de croire ses nouvelles divagations. Donc, Saïd n'est qu'un simple conseiller, un frère de tous les Amar, qui ne se mêle pas de ce qui ne le regarde pas. Et le grand boss, en tant que cerveau carburant comme au temps de De Gaulle et Mao Tsé-toung, décide de tout souverainement, très, très intelligemment !
Ce n'est pas que je ne crois pas les Amar et les Amara, ni les François d'ailleurs, mais, chiche ! Laissez un journaliste honnête et hors clans poser trois questions à notre Président.
Ce n'est pas que l'on ne vous croit pas. Cela s'appelle interview du chef de l'État et ça se fait partout. Raison de plus : l'alacrité sera un bon point. Je peux même vous proposer le nom d'un confrère impartial. Vous pouvez me faire confiance : je suis aussi un Amar. Avec juste Ma au début. C'est la faute à l'imam Maâmar de Mostaganem qui dirigeait la mosquée de mon patelin. Il était tellement bon et juste qu'on lui vola son prénom pour me l'octroyer. Mais ça, c'est une autre histoire...
[email protected]

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site