Mercredi 24 juin 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Auto
Culture
Monde
Contribution
Tendances  
Digoutage
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


Chronique du jour : DIGOUTAGE
Boumediène, communiste ?


Par Arris Touffan
Mahieddine Amimour, le spin doctor de Boumediène, le dir-com, dirait-on aujourd’hui, se laisse aller à des confidences de saison sur son défunt ex-patron. C’était l’autre jour à la télé, dans «Saharat el madina», l’émission qui a posé ses quartiers à Constantine, l’ancienne capitale du roi Massinissa, devenue ville arabe, paraît-il. Amimour raconte des anecdotes qui valorisent Boumediène. Forcément. On ne vient pas à la télé, des décennies après l’avoir servi, dire que c’était un dictateur. Encore que… Donc, Amimour affirme que Boumediène n’était pas un dictateur. Argument ? «Il écoutait les gens !» Peut-être eût-il fallu creuser un peu plus dans l’argumentation, non ? Un peu maigre quand même…
Le plus amusant est cette histoire avec le roi Fayçal d’Arabie Saoudite. Le souverain wahhabite, assis sur deux rentes, le pétrole et les Lieux Saints de l’Islam, considérait l’Algérie «comme un pays communiste où les gens ne font même pas la prière». Deux faits l’ont détrompé. Un : «En rencontrant Boumediène, il a découvert un homme très connaisseur en islam.»
Deux : «Il a aussi vu que dans les projets des 1 000 villages socialistes de la Révolution agraire, la mosquée était au centre du village.»
Vive les architectes qui ont placé la mosquée au milieu du village agricole. Ils nous ont sauvés de l’enfer auquel nous aurait voués Fayçal…
A. T.
[email protected]

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site