Jeudi 25 juin 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Entretien  
Contribution
Les choses de la vie  
Digoutage
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


Chronique du jour : DIGOUTAGE
Trois minutes télé


Par Arris Touffan
En mettant au défi le pouvoir de laisser un journaliste poser quelques questions à Bouteflika, Maâmar Farrah me tend la perche. Merci, mon frère ! En effet, au lieu d’attendre les confidences lâchées au compte-goutte par des devins qui prétendent avoir approché le saint du saint, faisons plutôt les démonstrations publiquement.
Quand il était en superforme, et qu’il rabotait des heures entières un discours devant un public captif nombreux en plus des caméras de télévision, on n’avait besoin de certificat de personne pour constater la pêche du Président. Ni du «cerveau de Bouteflika travaille plus que le mien» de Benyounès, ni de «l’alacrité» de Hollande, ni des propos louangeurs de café du commerce de Saâdani et de Ghoul.
A l’époque, il suffisait d’appuyer sur le bouton de la télé ou de n’importe quelle radio pour surprendre Abdelaziz Bouteflika dans son sport favori : le discours interminable !
Il avait la forme. Il ne l’a plus. Il suffit de regarder ses yeux lors de ses fugaces apparitions pour démentir les bulletins de santé triomphalistes des affidés.
Qu’on laisse le Président parler trois minutes à la télé ! Ou alors qu’on cesse de nous prendre pour du pain rassis !
A. T.
[email protected] 

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site