Jeudi 25 juin 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Entretien  
Contribution
Les choses de la vie  
Digoutage
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : RAMADHAN 2015
Les kheïmas se font rares


La crise économique n’a pas épargné un créneau jusque-là très juteux pendant le Ramadhan, à savoir celui de l’organisation de kheïmas.
Nawal Imès - Alger (Le Soir)
En l’absence de sponsors, l’activité se rétrécit comme une peau de chagrin. Après le grand tapage médiatique autour d’événements «artistiques» programmés dans des kheïmas, place à une activité beaucoup plus timide.
Les placards publicitaires, les spots dans les médias audiovisuels, appelant le jeûneur à se prélasser sous une tente transformée en scène, se font rares. Et pour cause, les sponsors également se font rares cette année en raison de la crise qui n’a visiblement pas épargné un filon devenu, au fil des années, très juteux pour de nombreuses boîtes de communication. Ces dernières organisent depuis des années déjà des kheïmas, devenues très à la mode. Pour soutenir cette activité, les agences de communication ont recours aux sponsors, essentiellement les opérateurs téléphoniques et les concessionnaires automobiles. Cette année, hormis l’opérateur historique qui a maintenu l’organisation de soirées dans un hôtel algérois, les deux autres opérateurs téléphoniques se contentent de sponsoriser quelques événements culturels.
Les concessionnaires automobiles sont quant à eux quasiment absents. Et pour cause, la filière est en crise. On est très loin de l’époque où chaque concessionnaire organisait son propre événement et où la concurrence en matière de qualité des spectacles battait son plein.
Le tour de vis opéré par le gouvernement a visiblement affecté les finances des concessionnaires qui révisent leurs priorités. Plus question d’organiser des événements culturels ni d’en sponsoriser.
Auparavant très florissante, l’activité connaît un repli certain. Jadis très fréquentée, les kheïmas laissent progressivement place aux espaces publics pris d’assaut en début de soirée par des jeûneurs à la recherche de détente.
N. I.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site