Jeudi 25 juin 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Entretien  
Contribution
Les choses de la vie  
Digoutage
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


Le jour où Mister Smith renonça à l’islam !

Par Hakim Laâlam  
Email : [email protected]
La NSA est formelle : «Les Etats-Unis ne disposent pas encore
de logiciel espion assez puissant et performant capable d’écouter
et surtout de comprendre…

… ce que dit Abdekka » !

C’est l’histoire incroyable et donc forcément vraie dans mon univers à moi de cet employé musulman de la NSA chargé par son organisme d’écouter les conversations téléphoniques de Saâdani pendant le Ramadhan. L’histoire de cet «écouteur» mérite qu’on s’y attarde. Au départ, rien ne prédisposait notre homme, le gars de la NSA bien sûr, pas Saâdani, à occuper cette fonction. Quoiqu’à la réflexion, au départ de Oued Souf, rien ne prédisposait non plus Amar à ce destin fabuleux. Mais bon, ceci est une autre fable. Revenons à l’Américain musulman. Un jour, alors que, jusque-là, il remplissait des fiches de synthèse dans un sous-sol miteux de la NSA, fiches que personne ne lisait vraiment, son chef l’appelle : «Mister Smith ! (Oui, je sais ! Vous allez me dire que j’aurais pu faire preuve d’originalité dans le choix du nom de mon gars), durant le mois sacré pour les musulmans, vous allez monter à l’étage des écoutes et noter tout ce que dit le sieur Ammar Saâdani, numéro 2 du FLN, le parti algérien. Prenez cela comme une promotion !» Et effectivement, Smith le musulman prit cela comme une promotion, puisque cette nouvelle fonction lui faisait quitter sa sordide cave. Mais ce qui était un cadeau tombé du ciel en ce premier jour du Ramadhan se révéla vite être une galère dont Mister Smith allait garder des stigmates à vie. Tout alla très vite le deuxième jour du Ramadhan lorsqu’une conversation entre Ammar et son boucher fut interceptée par les services intercepteurs qui alertèrent aussitôt Mister Smith afin qu’il fasse son boulot, écouteur. Selon les rares témoins de la scène, le visage de Mister Smith s’est décomposé à une allure incroyable au fur et à mesure qu’il écoutait. Il blêmit. Il verdit. Il rougit. Et pour finir, il blanchit complètement. Des cheveux. De la barbe. Et même des sourcils. Dans un premier temps, les collègues du musulman pratiquant Mister Smith mirent cette transformation sur le compte d’une hypoglycémie due au jeûne. Mais ils durent réviser leur diagnostic. Mister Smith ne défaillit pas, ne tourna pas de l’œil et ne tomba pas dans les pommes. Ils le virent simplement arrêter de griffonner ses notes, poser le crayon, enlever son casque, puis se diriger vers la salle de bains commune, en ressortir rasé de frais, sans la barbe fournie qu’il avait toujours arborée fièrement dans les locaux de la NSA, et enfin, ils assistèrent à cette scène ahurissante : Mister Smith, employé de la NSA, citoyen américain de confession musulmane se dirigea d’un pas ferme vers la chapelle anglicane située dans l’angle ouest du bâtiment et s’y enferma tout le restant de la journée pour y prier avec ferveur. Au jour d’aujourd’hui, les quelques feuillets de notes de retranscription de la conversation entre Si Ammar et son boucher, griffonnées par Mister Smith, sont classées «Secret Défense Hight-Sensibility» par le département d’Etat américain. Peut-être qu’un jour WikiLeaks… Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

Nombre de lecture : 1

Dernier sondage 
Pensez-vous que la rentrée universitaire 2015-2016 va se dérouler dans de bonnes conditions pour les nouveaux bacheliers ?
Oui : 26,4%
Non : 65,82%
Sans opinion : 7,78%

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site