Lundi 29 juin 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Corruptions
Culture
Monde
Contribution
Kiosque arabe  
Digoutage
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


Monde : Malgré la douleur
La vie reprend son cours normal à Sousse


De Tunis, Kamel M’Rabet
Plus de trois mille étrangers ont décidé d'interrompre leurs vacances à Sousse suite à l'attentat terroriste qui a fait 39 morts et autant de blessés parmi les touristes étrangers. Il s'agit notamment, de 2 200 Britanniques, 600 Belges et 102 Tchèques à bord d'avions affrétés rapidement par les voyagistes européens soucieux de sauver la vie de leurs clients.
En outre, d'autres voyagistes, belges en particulier, ont annoncé l'annulation de leurs réservations, du moins pour les semaines à venir. En revanche, des touristes continuent d'affluer sur la ville de Sousse. Dans la journée même de l'attentat (vendredi) et le lendemain, les aéroports de Monastir et d'Enfidha (proches de la ville de Sousse) n'ont enregistré aucune annulation. Plus d'un millier de touristes européens sont, en effet, arrivés dans la région pour passer, comme prévu, leurs vacances dans les divers hôtels de la ville y compris celui qui a connu le carnage de vendredi. Cette attitude confirme celle des dirigeants des pays européens (France, Allemagne ou autres) qui n'ont pas appelé leurs concitoyens à boycotter la destination «Tunisie».
Dans les autres sites tels Djerba ou Hammamet, la saison touristique se poursuit comme prévu. Aucune annulation n'est venue affecter les programmes établis, selon les responsables régionaux du secteur. Aussi, malgré la tristesse ressentie par cet attentat, le maintien d'une telle activité touristique est-il perçu comme une consolation pour un secteur qui risque de connaître la crise la plus aiguë de son histoire, crise qui sera ressentie, sans doute, par d'autres secteurs. En effet, selon M. Moez Joudi, expert en économie, le taux de croissance, pour le premier semestre de cette année, ne dépassera pas 0,5% s'il ne sera pas négatif. Dans son analyse, il prend en compte les effets automatiques de l'attentat de Sousse sur d'autres secteurs tels que le transport aérien ou le commerce. Il évoque, aussi, une augmentation du chômage que viendraient grossir les éventuels licenciements des travailleurs des hôtels menacés d'annulation des réservations. Ces hôtels — très endettés — ne pourraient plus compter sur un soutien bancaire qui, à l'opposé, comptait sur une bonne saison touristique pour espérer encaisser certaines créances. Ainsi, c'est à une situation inextricable que se trouve confronté le secteur hôtelier.
Dans son analyse, M. Joudi appelle le gouvernement à surseoir à toute nouvelle campagne promotionnelle du secteur touristique et à orienter les investissements vers des secteurs sans lien direct avec le tourisme, en particulier, l'agriculture ou les industries manufacturières. Car, explique-t-il, de nouvelles campagnes en faveur du tourisme n'auraient aucun apport à court terme tant que la sécurité n'est pas totalement rétablie.
Par ailleurs, une mesure réduisant la liberté de circulation des jeunes est entrée en application depuis trois jours. Les personnes âgées de moins de 35 ans sont, en effet, interdites de quitter le territoire national. Dès la propagation de l'information, le ministère de l'Intérieur a vite fait de la nier précisant qu'il s'agissait, plutôt, de simples mesures préventives et qu'au mieux, elle concernerait un nombre limité de jeunes gens. Mais, en fait, il s'agit d'une décision qui est mise en application systématiquement, comme il a été constaté à l'aéroport de Tunis ou rapporté par les correspondants de presse à la frontière tuniso-libyenne.
Cependant, un article publié par un journal électronique algérien et repris par les réseaux sociaux a mis du baume au cœur des Tunisiens.
Ce journal rapporte la détermination des Algériens à venir en masse en Tunisie après le Ramadhan comme l'indique le titre de l'article qui fait dire aux éventuels touristes : «Nous allons envahir les plages tunisiennes après le Ramadhan.» Wait and see.
K. M.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site