Lundi 29 juin 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Corruptions
Culture
Monde
Contribution
Kiosque arabe  
Digoutage
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


Régions : Hôpital du 1er-Novembre d’Oran
440 cas d’intoxication en une semaine


La boulimie de la consommation durant ce mois de Ramadhan n’a pas été freinée par la hausse des températures que connaît la wilaya d’Oran. Un excès dans la consommation alimentaire qui n’est pas sans conséquences.
Ainsi à lui seul, le service des urgences médicales relevant de l’Etablissement hospitalier et universitaire 1er-Novembre d’Oran «EHUO» a enregistré durant la première semaine de ce mois pas moins de 440 cas d’intoxication. Signalons que 74 cas ont été enregistrés durant la nuit du premier jour de jeûne. Si pour certains c’est la qualité de l’eau douteuse consommée qui est à blâmer, pour d’autres il s’agit d’aliments mal conservés ou achetés sans prendre en considération les dates de péremption ou encore leur exposition trop longtemps au soleil par les revendeurs qui attirent leurs clients en baissant les prix.
D’autres patients ont reconnu avoir consommé des viandes grillées après le ftor durant leurs balades nocturnes. Une tendance qui semble plaire à beaucoup de personnes qui sont attirées par les odeurs de viande et de foie grillés par des vendeurs qui s’installent à tout coin de rue. Les gâteaux orientaux ne sont pas en reste de ces mets qui causent les intoxications, car trop souvent proposés à la vente sans être recouverts ou frais. Le client lui, souvent aveuglé par sa faim et sa soif ne réfléchit pas trop avant d’acheter. Ce n’est qu’après consommation que son estomac le rappelle à l’ordre.
D’autres sont tout simplement victimes de leur cocktail explosif de mélange de différents mets après une table garnie, les gâteaux, les fruits, les glaces, le lait, le couscous, et à nouveau le s’hour. L’estomac ne peut pas tout digérer et il le fait savoir à son «propriétaire» qui se retrouve finalement aux urgences.
Amel Bentolba

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site