Mercredi 1er juillet 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Auto
Culture
Monde
Contribution
Tendances  
Digoutage
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


Chronique du jour : DIGOUTAGE
Taper sur Sylvie Arkoun, c’est facile !


Par Arris Touffan
Retour sur Mohamed Aïssa, qu’un lecteur m’interdit quasiment manu militari de citer sous prétexte qu’il est desservi par des appuis comme celui de nous-zotres… Qui sont nous-zotres ? Va savoir !
Eh bien, cher ami, avec tout le respect que je vous dois, l’homme public qu’il est ne coupera pas au commentaire et même à la satire. C’est comme ça ! Ou alors, il n’a qu’à parler en privé et personne ne viendra chercher à savoir ce qu’il dit. Chaque fois qu’il s’exprime en tant que ministre, on commentera ! Il est là pour ça et nous sommes là pour ça aussi. Et puis franchement, au niveau des enjeux où il est, ce n’est pas un petit billet de digoutage de rien du tout qui changera quoi que ce soit au problème… !
Bref, c’est vrai qu’il y a mieux comme entrée en matière. Après sa sortie sur le salafisme nationalisé, le décomplexé ministre des Wakfs parle – tiens —de Mohammed Arkoun. A ce que je sache, c’est la première fois que le philosophe de Taourirt Mimoun est cité à un si haut niveau dans la hiérarchie gouvernementale. J’en ai le vertige ! D’habitude, à ce niveau stratosphérique là, on parle plutôt d’El Ghazali. Il en est question aussi. Au forum de Liberté où il était invité, Mohamed Aïssa évoquait la honteuse sortie de ce dernier contre Arkoun, lors d’un séminaire sur la pensée islamique à Béjaïa. Le ministre dit y avoir assisté et il avoue déplorer le fait. Mais, incroyable, il continue à justifier El Ghazali. On l’a trompé, dit-il, sur le compte d’Arkoun.
Jusqu’à preuve du contraire, il est responsable de ce qu’il dit. Trop facile de coller la responsabilité à ceux qui l’ont trompé. Par contre, Mohamed Aïssa ne trouve aucune circonstance atténuante à Sylvie Arkoun, la fille, qui vient d’écrire un livre sur son père. Mais ce n’est qu’un livre de fille sur son père, ça n’a aucune responsabilité religieuse ou philosophique, ce regard d’une fille sur son papa.
A. T.
[email protected]

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site