Mercredi 1er juillet 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Auto
Culture
Monde
Contribution
Tendances  
Digoutage
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


Insolation !

Par Hakim Laâlam  
Email : [email protected]
Chantier de la Grande Mosquée Abdekka. Il accuse un
retard de 18 mois. Même pas terminée, pas encore
livrée et déjà elle…

… accuse !

Le ministre des Finances est formel : «Il faut en finir avec la ch’kara.» C’est là, à ce moment précis que tu prends très au sérieux les appels à la vigilance canicule lancés par Météo Algérie. Les conseils avisés de la Protection civile. Les avertissements appuyés des papas et des mamans à leurs enfants afin qu’ils évitent de sortir ces jours-ci. Où était le ministre des Finances lorsque cette campagne de sensibilisation contre les dangers de la canicule battait son plein ? Pourquoi diantre un ministre de ce rang n’a-t-il pas été informé du péril soleil ? Plus que tout autre ministre, plus que tout autre citoyen de ce pays, un ministre de l’argent doit être mis à l’abri des effets dévastateurs de la canicule. Ce n’est pas n’importe qui, un ministre des Finances ! C’est une personne forcément sérieuse, pondérée, sage, équilibrée, et à qui l’on doit éviter toute source extérieure d’hallucinations. Et là, à quoi avons-nous eu droit ? A un ministre des Finances livré au coup de chaud, pas protégé pour un… sou vachement dévalué. Ah ! Ils ont dû bien rire les barons de l’import-import, abrités à l’ombre des climatiseurs surpuissants de leurs demeures géantes, les pieds trempés dans des jacuzzis remplis de glaçons directement importés de Dubaï. Entendre ce pôvre ministre victime d’insolation déclarer la guerre à la ch’kara, ça les a sûrement aidés à supporter l’attente jusqu’au f’tour. La mésaventure du ministre des Finances doit déboucher sur un vaste débat. Comment mieux protéger les ministres à la tête de portefeuilles dits sensibles des dangers de la nature algérienne, comme la canicule. Une nature forcément vicieuse, traître, sournoise et sans état d’âme. Une nature que connaissent bien certains «élus» du FLN. Demandez-leur quel rapport ils entretiennent avec la ch’kara, quelle complicité amoureuse les lie à cet objet en apparence disgracieux et pourtant tellement mystérieux en ses nombreux replis, et vous comprendrez alors qu’il est toujours dangereux de ne pas protéger un ministre des Finances de la canicule. De l’abriter sous un couvre-chef. Pour son bien. Pour sa santé. Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

Nombre de lecture : 1

Dernier sondage 
Êtes-vous d’accord avec la hausse des taxes sur les véhicules neufs ?
Oui : 31,04%
Non : 64,56%
Sans opinions : 4,40%

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site