Jeudi 2 juillet 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Société
Monde
Contribution
Les choses de la vie  
Ce monde qui bouge  
Digoutage
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : MARCHÉ DES VÉHICULES
Les importations plafonnées à 400 000 unités par an


Le recours aux licences d’importation et d’exportation prévues dans le cadre du projet de loi sur les opérations d'importation et d'exportation vise, selon le ministre du Commerce, à assurer une «gestion rationnelle du commerce extérieur», faisant part, dans ce sens, du plafonnement de l’importation des véhicules à 400 000 unités par an.
M. Kebci - Alger (Le Soir)
Selon Amara Benyounès qui répondait, hier, aux membres du Conseil de la nation qui discutaient en plénière ledit projet complétant et modifiant l’ordonnance 03-04 du 19 juillet 2003, une commission interministérielle pilotée par son département et intégrant les ministères de l’Agriculture, de l’Industrie et de celui des Finances, aura la mission d’octroi de ces licences d’importation qui ne concernera qu’une vingtaine de produits.
Des importations qui, concernant les véhicules, «ne devront pas dépasser les 400 000 unités annuellement pour, explique-t-il, assainir la filière de l'importation des véhicules qui connaît», selon une récente étude menée par son département, plusieurs irrégularités et dysfonctionnements.
Et les professionnels parmi les nationaux seront «prioritaires» dans le bénéfice de ces licences d’importation qui constituent, ajoute Benyounès pour qui le commerce extérieur est en butte à deux fléaux majeurs, la surfacturation et la contrefaçon. Le ministre du Commerce joindra sa voix à celle d’un sénateur pour plaider pour une culture d’exportation, estimant que sans une diversification de notre économie, toute mesure protectionniste du produit local n’aurait aucun sens.
Concernant les négociations en vue de l’adhésion à l’OMC, Benyounès avoue ne pas avoir plus d’arguments qu’il n’en a déjà avancés, regrettant que notre pays soit devenu le «doyen» des négociateurs avec l’OMC puisque bien de plus récents candidats, dont le Yémen y ont accédé.
«97% du commerce international est dans l’OMC et 80% de l’humanité est dans l’OMC», dit-il, rappelant les directives «claires» du président de la République concernant ces négociations d’adhésion à l’OMC qui doivent tenir compte de la préservation des intérêts du pays.
«Nous ne pouvons pas rester en marge», soutient-il. Il fera part, par ailleurs, d’une prochaine évaluation quinquennale de l’accord d’association avec l’Union européenne.
M. K.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site