Mercredi 8 juillet 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Auto
Culture
Monde
Contribution
Tendances  
Digoutage
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


Les mots bleus !

Par Hakim Laâlam  
Email : [email protected]
Peugeot veut bénéficier des mêmes avantages que Renault
en Algérie.

Tout un Symbol !

Le projet de loi criminalisant les violences faites aux femmes n’a pas été abandonné. C’est le patron du Sénat qui le dit. Il précise que ce projet de texte sera examiné à temps, lors de la prochaine session, celle qui vient de se terminer ayant été consacrée à d’autres textes «plus prioritaires». Voilà un homme qui sait parler aux femmes ! Voilà un homme qui sait qu’avec les femmes, il ne faut pas se précipiter, y aller trop vite, vouloir emballer en cinq sec. Non ! Prendre le temps. L’importance des préliminaires ! Ceux qui crient à la mauvaise volonté, à une manœuvre visant à traîner les pieds pour finalement enterrer le texte sont de mauvaise foi. Ou alors des gamins qui n’ont pas encore atteint l’âge de maturité qui leur conférerait cette capacité adulte de savoir attendre. Attendre que les bleus cicatrisent. Que les larmes sèchent. Que les plaies et les chairs se referment. Que les cœurs s’apaisent. Que vienne la mauvaise saison, celles des pluies et du froid pour que l’on s’inquiétât enfin de l’hébergement d’urgence des femmes battues et mises dehors par «leurs maris». Ceux qui dénoncent la mise sous le coude du texte ne savent pas apprécier le galbe d’un coude. Ce moment délicieux où le coude épouse la table enfin débarrassée violemment de la boustifaille préparée par Madame, nourriture et couverts balancés à terre parce que jugée immangeable par le Mâle Master Chef. Prendre le temps khouya ! Avoir le sens des priorités, mes sœurs ! Le dicton algérien ne dit-il pas «les bonnes choses savent se faire attendre et désirer» ? Le cahier des charges des concessionnaires autos est forcément prioritaire sur celui d’un mari à qui l’on a oublié de préciser que sa meuf n’est pas un cendrier dans lequel il peut écraser son gros cigare. La loi sur la distance réglementaire entre deux panneaux de signalisation en milieu urbain est nécessairement prioritaire sur un bras, une clavicule de femme fracturés et remis aux bons soins des urgences avec mention susurrée à l’oreilles de la femme : «Ferme-là ! Et si le médecin te demande comment tu t’es fait ça, tu réponds que c’est ta faute, parce que tu as trop savonné le parterre en le faisant.» Non, assurément, y avait plus urgent lors de la défunte session du Sénat que de s’embêter avec les violences faites aux femmes. Les femmes peuvent attendre. C’est le plus bel hommage que l’on puisse rendre à une femme. Nous le lui rendons d’ailleurs tous les jours. Post mortem. Consultez juste les statistiques des femmes qui meurent tous les ans sous les coups de leurs conjoints, de leurs familles ou de ch’tarbés qu’elles ont le malheur de croiser. Et fumez du thé pour rester éveillés à ce cauchemar non prioritaire qui continue.
H. L.

Nombre de lecture : 1

Dernier sondage 
Pensez-vous que le taux de réussite au bac 2015 dépassera les 60% ?
Oui : 20,86 %
Non : 73,31%
Sans opinion : 5,83%

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site