Dimanche 12 juillet 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
Monde
Contribution
Ici mieux que là-bas  
Digoutage
Entretien
Soirmagazine
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


Meskoun !

Par Hakim Laâlam  
Email : [email protected]
Enfin un siège à la dimension du FLN.

La Grande Poste !

Ammar Saâdani jouit d’un statut unique ! Il peut dire et faire une chose, puis, quelques heures après, revenir dire et faire l’exact contraire de cette chose, et… rien ! Il continue de diriger le premier parti du pays. Il continue de revendiquer un gouvernement remanié aux dimensions gargantuesques de sa majorité. Il poursuit son snobage d’Ouyahia. Et il peut même commander autant d’interviews qu’il veut dans le courant d’une même journée. Toi, tu te contredirais juste une fois, sur un machin insignifiant et la colère du monde s’abattrait sur ta tête. Disons par exemple que lors d’une discussion avec des amis, tu déclarerais le dimanche aimer la chorba vermicelle, puis, le lundi, dans le même cercle d’amis, tu avouerais ta préférence pour la chorba frik, tout le quartier serait en émoi, on te chambrerait à longueur de veillées, on te ressortirait cette histoire des années durant. Ammar, non ! Il peut se pointer le mardi et affirmer que le drame de l’Algérie, c’est le DRS et que ce pays n’aura de salut que lorsqu’un pouvoir entièrement civil aura été installé. Revenir le mercredi et jurer la main droite sur le cœur, la gauche sur la derbouka qu’il a transmis jusqu’à la moindre facture du plus petit robinet de son appart’ parisien à Toufik, patron de ce DRS accusé pourtant d’avoir les yeux partout. Ammar peut juger le jeudi que Sellal n’a aucune compétence pour faire de la politique, n’est qu’un technocrate exécutant sans volume. Et se re-pointer le vendredi tout sourire et tendre une belle et luxueuse enveloppe dans laquelle est amoureusement nichée une invitation au même Sellal afin qu’il vienne s’asseoir au premier rang du congrès du FLN. Ammar a le pouvoir extraordinaire de critiquer le samedi l’immixtion de l’armée dans la gestion de la cité, appeler à nouveau de tous ses vœux à l’avènement d’un pouvoir entièrement civil. Puis, se la rappliquer le dimanche aux aurores pour pondre un communiqué dithyrambique dans lequel le FLN se félicite de la prise en mains par les militaires de la gestion de la vallée du M’Zab ! Oh ! Ya plus de limites à la contradiction ? Y a plus de ralentisseurs face à l’incongruité ? Comment peut-on nous jurer que Toufik est trop envahissant et lui confier les plans de notre maison, son acte notarié et la surface des WC au centimètre carré près ? Comment peut-on mépriser le «niveau» de Sellal et se retrouver ensuite au bord de l’orgasme parce que ce «nullard-là» vous applaudit dans la salle ? Comment peut-on menacer tous ceux qui ont divulgué l’affaire de l’appartement parisien, poser la main sur le Coran, en jurer qu’il s’agit de calomnies et de mensonges, et ensuite, nous décrire avec une précision stupéfiante la couleur de la dalle de sol du salon et les tons chatoyants des rideaux de cuisine de cette piaule ? Eh bien, aussi incroyable que ça puisse paraître, Saâdani a ce pouvoir-là. Il en est même habité. Luxueusement habité, habité en SCI, habité à coups de centaines de milliers d’euros, mais habité tout de même ! Meskoun, quoi ! Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

Nombre de lecture : 1

Dernier sondage 
Pensez-vous qu’en allant à la rencontre de Ahmed Ouyahia, Abderrezak Mokri a affaibli les rangs de l’opposition ?
Oui : 57,75%
Non : 36,25%
Sans opinion : 60%

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site