Mercredi 29 juillet 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Auto
Culture
Monde
Contribution
Tendances  
Digoutage
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


Culture : TIPASA-CHERCHELL
Ouverture de la 15e édition du festival des arts plastiques


L’Union nationale des arts plastiques (Unac) de Tipasa, sous la houlette de M. A. Bakhti, son omniprésent responsable et artiste-peintre, vient de lancer, en collaboration avec le Comité des fêtes de la ville de Cherchell, la 15e édition des arts plastiques.
A l’occasion de l’ouverture de cette 15e édition, le public a découvert l’artiste-peintre
Mme Bendjaffar, âgée de 76 ans, dont le regard critique et l’œil alerte forçaient le respect et l’admiration, notamment avec ses trois tableaux exposés dans la galerie de la bibliothèque de Cherchell. Mme Bendjaffar a expliqué au public venu admirer ses œuvres, les couleurs chatoyantes et écarlates de son tableau, «le Rocher», ainsi que les tableaux «La Casbah» et la «Brouette», une autre merveille d’inspiration d’une auteure algérienne autodidacte. «J’ai été inspirée mais jalouse des jeunes filles des colons, qui exposaient leurs tableaux sur leurs chevalets avec orgueil et caprice. Moi, je n’avais ni chevalet, ni outils ! J’admirais seulement», nous a avoué cette dame de 76 ans, en ajoutant : «Née à Alger en 1939, je faisais à l’origine de la couture, mais après mon mariage, et durant la période coloniale, j’ai décidé de me mettre à ce bel art qu’est la peinture, qui m’attirait et m’envoûtait.» Autant d’œuvres exposées d’artistes-peintres, que l’Unac et le Comité des fêtes de Cherchell invitaient aujourd’hui à l'instar de l'artiste-peintre Hayoun Salah.
Mais ce fut autour de ce panel d’artistes présents à cette cérémonie et de M. A. Bakhti, peintre du surréalisme, un peintre-philosophe, sachant mettre en évidence les secrets de l’ésotérisme, du subconscient collectif, de l’impact du soufisme, des rêves et des fantasmes, que nous avons rencontré Mme Belaziz Amina, une autre autodidacte, ingénieure géologue, qui nous avoue : «J’ai démarré à 11 ans, du graphisme sur papier. Mais ce fut en 2000, que j’ai réellement démarré la peinture avec gouache, mais aussi des œuvres à l’huile, des techniques mixtes et quelquefois du collage. J’ai participé aussi à des expositions individuelles et collectives, à Alger, Jijel, Blida, Djelfa, au Salon d’automne de 2014. Je suis adepte du semi-figuratif, du style naïf, du symbolisme et de l’abstrait.»
En marge de ces expositions et au menu de ce cycle de manifestations picturales, le public put admirer l’impressionnante galerie d’œuvres exposées par M. Bakhti, cet artiste-peintre à tendance surréaliste, qui a exposé plusieurs dizaines de toiles, dont plusieurs tableaux impressionnants réalisés à l’encre de Chine dont il se targue d’être le meilleur de son genre. Nous avons remarqué, en outre, dans cette exposition les œuvres réalisées et portant sur l’Afrique, la négritude, mais aussi sur certains visages de femmes. Il convient de citer les tableaux de «la Baigneuse», «l’Exorcisme», «la Main et l’œuf» et «la Jarre», de purs produits artistiques de M. Bakhti, qui ne sont plus à présenter, pour preuve l’impressionnante affluence du public attiré par ses œuvres.
D’autres toiles intitulées «Portraits de jeunes filles», «Solitude», «Marasme», «Poupée méchante» figuraient dans le hall. Il s’agit d’œuvres plus ou moins ésotériques traitant du subconscient, de l’être humain et retraçant une forme de défoulement de l’artiste qui relate crûment ses ressentiments, sans artifices. La misère humaine et la déliquescence de l’état d’âme sont mises en exergue sans pudeur, au risque d’affecter les sensibilités religieuse et sociale.
Très au fait des grands événements nationaux et internationaux, cet artiste-peintre d’envergure dont le nom est immortalisé dans l’encyclopédie des artistes algériens, demeure un érudit qui marquera son temps dont l’art serait à coup sûr une référence pour nos graines d’artistes-peintres.
Larbi Houari

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site