Mercredi 29 juillet 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Auto
Culture
Monde
Contribution
Tendances  
Digoutage
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


Des questions ? Des questions ? Moi
aussi, je sais en poser des questions !

Par Hakim Laâlam  
Email : [email protected]
Signons cet appel obligeant nos dirigeants à se soigner en
Algérie.

Au CHU de Constantine !

Que s’est-il passé en juillet 2015 à Zeralda ? Mais comment voulez-vous que je le sache, mon Dieu ? Vous me prenez de court, comme ça, à l’improviste-tout-à-coup en me demandant ce qui s’est réellement passé à Zeralda. C’est trop facile comme démarche. Tout le monde peut surprendre tout le monde en posant des questions totalement farfelues. Tenez ! Est-ce que vous savez, vous, ce qui s’est réellement passé au Mali, avant 1962 ? Ah ! Là, vous voyez ! Vous tirez une tronche d’ébahi. Non, bien sûr ! Vous ne savez pas ce qui s’est passé au Mali, avant 1962. Vous ne pouvez pas le savoir. Tout comme moi qui ne sais pas ce qui s’est passé un soir de l’été 2015 à Zeralda. Il y a comme ça des machins dont nous devons absolument reconnaître l’imperméabilité. Moi, le Mali de 2015 m’intéresse un peu plus que le Mali d’avant 1962. On aura beau dire que cette zone du continent aura accueilli beaucoup de nos valeureux combattants qui y auront démontré toute l’étendue de leur art de la guerre, de leur bravoure au combat, de leur sens tactique et technique dans le montage et le démontage d’opérations subversives, je reste dubitatif. Comment vous expliquer ? Le Mali d’avant 1962, je n’accroche vraiment pas. Je sais que c’est subjectif, que ça ne répond à aucun argument cartésien, mais c’est comme ça ! Quand on me dit «Mali avant 1962», immédiatement, c’est l’image d’une île déserte qui me vient à l’esprit. Il est vrai que l’image d’une île déserte pour évoquer le Mali, c’est plutôt idiot, mais je n’y peux rien ! Peut-être l’étendue du sable, des déserts dans ce pays. Allez savoir ! L’ennui aussi ! Moi, le désert, j’adooooore ! Mais pas plus d’une semaine. Parce qu’au-delà, je cafarde. Je ronge mon frein déjà bien rongé par les tempêtes de sable. Y en a d’autres que ça ne gêne pas. Ils pourraient rester des mois, voire des années dans les contrées désertiques sans se plaindre. J’en connais même qui en sont revenus avec des titres. Oui, M’sieur ! Des titres de gloire et des faits d’armes. Des guerres au Mali, avant 1962 ? Mon inculture crasse m’empêche de répondre aussi à cette question. Et ma fainéantise légendaire m’interdit de me documenter sur le sujet. Mais bon ! N’ayant jamais été au Mali, avant 1962, je ne peux décemment pas vous dire ce qui s’est passé à Zeralda, un soir de l’été 2015. Ça n’a rien à voir, pensez-vous ? Possible ! Mais alors quel lien entre les épopées maliennes, l’oued Mazafran et le fait pour nous tous de fumer du thé pour espérer rester éveillés à ce cauchemar qui continue ?
H. L.

Nombre de lecture : 1

Dernier sondage 
Pensez-vous que les banques algériennes sont en mesure d’absorber les dinars et devises du marché informel ?
Oui : 18,68%
Non : 77,17%
Sans opinion : 4,15%

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site