Jeudi 6 août 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Monde
Contribution
Haltes estivales  
Digoutage
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


Chronique du jour : HALTES ESTIVALES
Lettre à un indépendantiste


Par Maâmar Farah
[email protected]
Un ami lecteur a attiré mon attention sur un fait que je trouve personnellement anodin. Ayant bien suivi la manifestation «Raconte- Arts» qui vient de se tenir sur les hauteurs de Bouzguène, en Kabylie, il a relevé tous mes faits et gestes. Ainsi, il me reproche d'avoir été «exploité» et «pas assez vigilant » à propos de la question du MAK qui revendique maintenant ouvertement l'indépendance de la Kabylie. Pour preuve, il m'envoie un article d'une agence de presse, accompagné d'une photo, qui, selon lui, montre que ce «village est indépendantiste !» J'ai vu le document : on y voit le président du MAK entouré de quelques éléments et, au-dessus de leurs têtes, un drapeau représentant le symbole de l'amazighité. D'abord, et pour la photo, je tiens à signaler que, au-dessus de cet emblème, il y avait un grand drapeau algérien car, et jusqu'à preuve du contraire — et cela a été réaffirmé avec force par les organisateurs et les habitants —, Iguersafène est certes un village qui défend son identité berbère, mais c'est d'abord et avant tout, un village algérien. Donc, ce n'est pas mon problème si ceux qui ont exploité cette photo ont jugé utile, pour leur cause, de supprimer la partie supérieure où l'on pouvait voir l'emblème national. Ensuite, je n'ai à aucun moment, que ce soit en public ou en privé, cautionné l'idée d'un engagement quelconque pour une indépendance que je juge injustifiée, incohérente et irréalisable. Par contre, j'ai longuement parlé de la régionalisation et de ses bienfaits, en relevant que l'Algérie a lamentablement suivi l'exemple jacobin français alors que le monde pullule d'exemple d'Etats forts et respectables s'appuyant sur une large décentralisation qui donne aux régions les moyens démocratiques de mettre en valeur leurs potentialités et d'assurer sécurité et prospérité à leurs habitants. Ce qui me gêne dans l'idée de l'indépendance, c'est qu'elle ne repose sur aucune réalité tangible. Les éléments qui composent une nation et la définissent sont totalement absents. Un peuple ? Lequel ? Où commence-t-il et où s'arrête-til ? En débarquant pour la première fois à Alger, en 1969, j'avais relevé que l'immense majorité des habitants de notre capitale était d'origine kabyle. Je veux donc savoir si les défenseurs de l'indépendance vont inclure cette forte population dans le territoire de leur futur «Etat». Ceci nous amène à ce fameux territoire : où commence-t-il et où s'arrête-t-il ? D'Alger à Sétif ? De Boumerdès à Souk-El-Tenine ? Des confins de Sour-El-Ghozlane à Ziama ? Il n'y a aucun schéma crédible car l'idée même de nation est bâtie sur des chimères. Il n'y a jamais eu de nation kabyle et le «peuple» kabyle est réparti sur toute l'étendue du territoire national. La nation où ils vivent — où tous les Algériens vivent — est un legs précieux de leurs ancêtres. Cette nation algérienne n'est pas née du rêve d'un poète ou des élucubrations d'un homme politique en quête de pouvoir. Ses contours ont été tracés par le sang, depuis les époques lointaines des résistants contre les envahisseurs romains, vandales, byzantins, arabes, espagnols, turques jusqu'à la lutte contre l'occupant français. C'est dernièrement que j'ai appris que Takfarinas était de chez moi (je n'aime pas ce «chez moi», car «chez moi», c'est toute l'Algérie mais je l'utilise sciemment) ; donc j'apprenais que cet héros du combat contre le colonisateur romain était de l'actuelle wilaya de Souk-Ahras. Par un autre hasard, j'appris qu'il est mort à Pomaria, c'est-à-dire l'actuelle Tlemcen, en combattant les mêmes envahisseurs. Sur sa route, il avait livré beaucoup de batailles dont l'une à Sour-El-Ghozlane. Ce grand homme, dont on dit qu'il inventa les techniques de la guérilla, avait mené ses hommes de la frontière tunisienne aux confins algéro-marocains, alors que l'Algérie n'existait pas encore. Mais je crois pouvoir dire que cette nation existait déjà par le sang versé par ces martyrs tout au long d'un parcours qui deviendra, plusieurs siècles plus tard, celui de l'Algérie moderne. Ce sang n'était pas le sang des hommes de l'Est, ni celui versé par les hommes du Centre ou de l'Ouest... C'est à ce moment-là, au moment où il s'est mélangé, dans le même combat et pour les mêmes aspirations, qu'il a donné naissance à cette grande nation que d'aucuns, parmi nos ennemis, renient. C'est cela l'idée de l'Algérie : une idée née autour des valeurs de luttes pour l'indépendance et de combats pour la dignité. Nos héros de la période antique et ceux des premiers siècles de l'ère chrétienne ne sont pas des historiens ou des hommes de culture : ceux-là sont venus après, pour célébrer les victoires, pleurer sur les défaites, écrire l'histoire mouvementée d'un peuple rebelle dont la destinée est de ne jamais renoncer au combat libérateur. Je respecte les gens du MAK et j'ai eu à rappeler à leurs détracteurs qu'ils sont pacifiques, ce qui est déjà beaucoup par les temps qui courent. Mais, le plus fraternellement du monde, je leur demande de réfléchir à ces questions. Je ne détiens pas la vérité et peut-être que je me trompe. Peut-être qu'ils ont raison. Mais je m'en voudrais toute ma vie si je ne dis pas les choses qui me tiennent à cœur et qui naissent spontanément, sans références théoriques, se nourrissant quotidiennement des rencontres avec mes nombreux amis kabyles qui ne sont pas indépendantistes. Ce qui me gêne dans ce projet, et comme je viens de le souligner, c'est la géographie et l'histoire. Parlons des héros connus et célébrés dans le discours berbériste : que faire de Massinissa, Jughurta, Juba, Kahina, Takfarinas ; que faire de tous ces «pères» de la nation berbère si, demain, un territoire indépendant, porte-drapeau de la bérbérité n'incluait pas Constantine, la grande Cirta, capitale des Numides ? Que dirais-je aux fantômes de Madaure et de Thagaste, à saint Augustin et à Apulée ; aurais-je le courage de leur crier : «Vos enfants, là-bas, ne veulent plus de vous. Ils ont mis une barrière entre vous et eux»? Que dire à notre histoire commune, à ses grands moments de gloire et à ses sombres périodes, quand nous ne serons plus ensemble pour apprendre, lutter, espérer, comme nous l'avons fait durant des siècles ? Et, pour l'histoire plus récente, celle qui a fini par préciser les contours de la nation algérienne moderne, en exigeant plus de sang, plus de martyrs, plus de pleurs et de larmes, que dire à Abane et à Amirouche ? Et que faire de ces centaines de martyrs kabyles tombés au champ d'honneur dans la bataille de Souk-Ahras et enterrés au cimetière de Oued Chouk ? Je demande à tous les amis de passage, et qui sont nombreux ces jours-ci, pour cause de vacances en Tunisie, de s'arrêter à ce cimetière planté dans un décor montagneux de rêve. Ici reposent les djounoud envoyés par Amirouche pour approvisionner le maquis en armes. Encerclés par une armada, rarement réunie durant la guerre d'indépendance, ils résistèrent héroïquement, épaulés par des maquisards de Souk-Ahras. Jusqu'à la dernière goutte de sang, un sang encore mélangé, comme à Sour-El-Ghozlane, comme à Tlemcen ! Que dire à mes amis kabyles d'Annaba et d'El-Bayadh, de Tam et de Djelfa, de Tébessa et de Tlemcen, qui n'ont jamais ressenti la moindre inquiétude dans leur vie et dont les parents et, parfois, les arrière- grands-parents, ont quitté leur Kabylie natale, pour vivre ailleurs, dans leur pays, parmi les leurs ? Faudra-t-il leur délivrer un passeport pour qu'ils aillent, en pèlerinage, dans le bled d'origine de leurs ancêtres ? Et moi, quel air aurais-je quand l'envie d'aller faire un tour à Thaïs, pour une bouffée d'oxygène made in Mokhtar ou que l'appel du Djurdjura montera dans mes entrailles ? Me faire délivrer un passeport ? Et pourquoi pas un visa ? Si vous faites ça, je vous jure, sur mon honneur, que je serais le premier «harrag» à descendre sur ces rivages bien aimés... J'ai ouvert mes yeux dans un village où Nana Aldjia a été ma seconde maman. Les Kabyles, les Soufis, les Mozabites, les Ferdjiouas, les Djijeliens, les Ouled Darradj, les Ouled Naïls, les berbérophones et les arabophones ont vécu en parfaite harmonie, ici, sur les terres numides. Que dire demain à nos pères ? Que dire à l'histoire lointaine et proche ? Et que répondre aux questions cruciales de l'avenir ?
M. F.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site