Jeudi 6 août 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Monde
Contribution
Haltes estivales  
Digoutage
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : ARCELORMITTAL PIPES & TUBES ALGERIA
Une trêve pour combien de temps ?


Se soumettant à une réquisition du procureur de la République près le tribunal El Hadjar ordonnant le libre accès du complexe sidérurgique d’El Hadjar, par la force si besoin est, les 350 travailleurs de la filiale ArcelorMittal Pipes & Tubes Algeria (AMPTA) ont mis fin à leur mouvement de protestation mardi.
Cependant, force est de dire qu’il s’agit d’un recul stratégique des syndicalistes pour, d’une part leur éviter des soucis judiciaires, et d’autre part donner l’occasion à leur employeur de revoir son intransigeance quant à donner une suite favorable à leurs revendications. Ce que confirme du reste leur communiqué émis hier. Estimant que leur mouvement a dépassé le cadre local et que la bonne couverture médiatique a permis de sensibiliser les plus hautes autorités du pays quant à la légitimité de leurs revendications, les syndicalistes AMPTA s’accordent un délai de sept jours. «Il permettra aux décideurs de prendre position allant dans l’intérêt de l’entreprise et de ses salariés», ont-ils souligné. Empreint de termes conciliants, le communiqué est également porteur de menaces. Elles sont à peine voilées quant à une réaction beaucoup plus rigoureuse que la précédente que ne manqueront pas d’appliquer les salariés au cas où ils ne seraient pas entendus. C’est pourquoi il est permis de penser que le conflit socioprofessionnel employeur/salariés AMPTA qui dure depuis le 29 avril avec l’arrêt total de la production de tubes, n’est pas prêt de prendre fin. Mais, jusqu’à quand ? D’un côté la DG de la filiale affirmant ne pouvant répondre aux revendications des salariés concernant l’augmentation des indemnités de primes de panier et de la femme au foyer pour cause de difficultés financières. De l’autre, menés par leur syndicat, les 350 salariés ne veulent pas en démordre quant à l’augmentation de leurs indemnités. Pour l’heure, on s’en tiendra donc à l’ouverture de la totalité des portes d’accès et la libre circulation des travailleurs, cadres et entreprises sous-traitantes. Hasnaoui, le président du Conseil d’administration d’ArcelorMittal Algérie dont dépend AMPTA maintiendra-t-il son intransigeance ou accordera- t-il son aval pour répondre favorablement aux revendications des salariés ?
A. Bouacha

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site