Mardi 25 août 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Monde
A fonds perdus  
Digoutage
Entretien
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : ARCELORMITTAL ALGÉRIE
Calme précaire à El Hadjar


Plusieurs événements majeurs sont intervenus ces derniers jours dans les deux importantes filiales ArcelorMittal Pipes & Tubes Algéria (AMPTA) et ArcelorMittal Algérie (AMA). Elles sont toutes les deux confrontées à une crise profonde perturbant la production, celle d’AMPTA (zéro production depuis 4 mois) et de l’acier liquide à AMA (production à son plus bas niveau).
Dès septembre, la première aura à payer des pénalités de retard pour non respect des délais de fourniture de 230 km de tubes à son client Sonatrach. Celle-ci se serait bien passée de cette mesure pour peu qu’elle puisse réceptionner, dans les délais, sa commande indispensable pour la réalisation de plusieurs projets au Sud du pays.
Du côté de AMA, élu le 16 août dernier porte parole des travailleurs, l’ex SG du conseil syndical de l’entreprise Daoud Kechichi a réagi. Non Seulement il est en grève de la faim depuis le 17 août pour protester contre sa suspension de fonction, il est également l’auteur d’un brûlot. Adressé sous la forme d’une correspondance au Premier Ministre et aux présidents des deux chambres du parlement, Kechichi dénonce le détournement de 12 milliards de dinars. Comme il accuse son employeur d’avoir effectué des coupes sombres dans les effectifs. Selon lui, de 5 000 agents et cadres en poste jusqu'à courant 2014, ce nombre aurait chuté à 4 100.une année après.
La détermination de la DG AMPTA et celle de AMA est mise en relief avec cette tendance de l’une et de l’autre au pourrissement de la situation. Loin de chercher un quelconque dialogue, la première a décidé du licenciement du SG du conseil syndical et du président du comité de participation ainsi que la suspension de fonction de vingt-sept agents. Il est reproché à ces derniers la récente fermeture durant deux jours des portes principales d’accès du complexe El Hadjar.
La deuxième a rapidement pris en main la tentative d’éviction du principal acteur du conseil syndical Nourredine Amouri. Ce dernier a, clairement, affiché son respect du pacte social.
Signé en 2014 par les deux partenaires pour une période de 3 ans, ce pacte interdit toute revendication socioprofessionnelle. Alors que Nourredine Amour a repris son poste de S.G par la seule volonté de la DG, Daoud. Kechichi a été, quant à lui, pratiquement pris à bras le corps par les agents de sécurité pour être expulsé hors du complexe. Actuellement, c’est le calme précaire tant à AMPTA où les 350 salariés maintiennent leur piquet de grève, qu’à AMA.
A ce niveau, l’on se prépare à entamer, dés aujourd’hui et durant plus de 3 mois, le programme de rénovation du Haut Fourneau N°2. Au fait des pratiques syndicales en cours ces dernières années dans toutes les filiales AMA, d’anciens cadres du complexe sidérurgique soulignent que le pourrissement de la situation sous entend une réaction pouvant être violente des travailleurs et des syndicalistes.
La majorité de ces derniers (les 2/3) s’étaient, d’ailleurs, clairement prononcés pour l’exclusion de Noureddine Amouri du poste de S.G du syndicat. Ils avaient, parallèlement, désigné Daoud Kechichi en qualité de porte parole officiel des travailleurs.
Actuellement, la pression exercée sur leur employeur par les grévistes de AMPTA impose à Daoud Kechichi de réagir pour le respect du choix des travailleurs, sa réintégration à son poste de travail et, également, celle de la douzaine d’agents objets d’une mesure similaire de suspension de fonctions.
A. Bouacha

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site