Lundi 31 août 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Monde
Contribution
Kiosque arabe
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


Case prison ! Case parti !

Par Hakim Laâlam  
Email : [email protected]
Christian Gourcuff dévoile la liste des 23 contre le Lesotho.
Une liste équilibrée selon…

… Madani Mezrag !

Je ne connais pas les raisons qui les poussent à mettre en prison le général Hassan. Je ne connais pas le général Hassan. Sauf de réputation. Celle d’un militaire à la carrière aux trois quarts sacrifiée à la lutte contre les terros. Je ne connais pas les raisons qui les poussent à mettre en prison le général Hassan. Peut-être de bonnes raisons. Peut-être de mauvaises. Peut-être de malsaines. Ou peut-être pas. Je note juste avec un «intérêt curieux» ce mouvement original, ce croisement incongru, cette intersection théoriquement impossible, mais tellement réelle en terre algérienne : le général Hassan est emmené en prison. Mis en taule. Le «giniral» Mezrag, plus connu auprès de ses copines du maquis sous le sobriquet de Super M.M. est mis sur un piédestal forestier d’où il annonce fièrement et en toute liberté la création de son FIS bis. Pour celui qui a été la cheville ouvrière du DRS dans le combat anti-tangos, c’est la case prison. Pour le tango, c’est la case gloire et honneurs. Peut-être ne faut-il y voir qu’un simple hasard du calendrier. Le hasard adore les calendriers. Surtout les calendriers algériens qui sont comme chacun sait truffés de hasards. Tous les calendriers du monde le savent et admettent la chose : leurs collègues calendriers d’Algérie abritent quantité de hasards, des nids de hasards, des campements innombrables où se terrent les hasards les plus hasardeux de l’engeance hasard. Le hasard étant par définition… imprévisible, nous devrons alors nous contenter de cette seule explication que je me hasarde à partager avec vous, à tout… hasard : il ne faut pas voir de lien entre l’embastillement d’un général patron de la lutte contre la vermine verte et la montée au firmament d’un concentré de cette vermine verte soudain déguisé en chef de parti. Tout lien serait fortuit. Et s’il s’en présentait un de lien, par un malheureux… hasard, alors ce lien rejoindrait à son tour la case prison. Un général du combat anti-barbus derrière les barreaux. Un «giniral» de camping-paradis en liberté, en goguette et en surpuissance politique, c’est juste le destin, le Mektoub. N’y voyez rien de pernicieux. Fermez un peu plus fort les yeux et dites-vous que c’est cela l’Algérie de demain. Celle qui se construit maintenant et se dessine aux intersections mortifères, aux croisements inimaginables. Inimaginables, hier. Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

Nombre de lecture : 1

Dernier sondage 
Pensez-vous que la rentrée scolaire va se dérouler dans de bonnes conditions ?
Oui : 65,89%
Non : 30,01%
Sans opinion : 4,10%

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site