Mardi 1er septembre 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Retraite
Culture
Monde
Contribution
A fonds perdus  
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


Paul le poulpe est mort, vive Kaddour la pieuvre !

Par Hakim Laâlam  
Email : [email protected]
Départ à la retraite à l’âge de 60 ans. La circulaire vient
d’être relancée par Sellal. Elle entrera en vigueur dans…

… 60 ans !

Ils sont de plus en plus à l’étroit, les pôv’ chéris ! Alors, ils doivent s’étendre, gagner encore des espaces. Comme une pieuvre qui étend ses tentacules pour mieux conquérir chaque aspérité de la grotte. Remarquez, je les comprends ! Nous supporter, c’est déjà un calvaire. Mais en plus de nous supporter, vivre à l’étroit dans le «Club-des-Pins historique», c’est tout bonnement impensable. Donc, réflexe normal du poulpe, allonger ses innombrables membres, s’allonger de toute sa large panse sur cette Algérie grignotée de toutes parts, d’abord par les requins, maintenant par les pieuvres. Eh ! C’est qu’il nous faut mériter les 1 200 kilomètres de notre littoral ! Bien sûr, j’entends déjà les chagrinés professionnels, les bougons salariés, les teigneux rémunérés qui vont s’égosiller à rappeler que la situation sécuritaire s’étant admirablement améliorée sous l’effet magique de la politique de pardon industriel prônée et appliquée par Abdekka, on se serait attendu à ce que les gens du Palais rendent au peuple les résidences sécurisées comme le Club-des-Pins, au lieu de cela, ils en accaparent d’autres. C’est petit comme approche ! C’est envieux riquiqui ! C’est à ras les pâquerettes que de réfléchir ainsi. Le régime du Club-des-Pins doit faire face à une crise sans précédent, une chute des prix du pétrole historique, il lui faut donc, en rapport inverse, plus d’espace au calme pour trouver la parade à cette situation dramatique. Plus de résidences où il pourra cogiter, suer du ciboulot sans être dérangé par des cocoricos de coqs des villages agricoles de Boumediène, sans avoir à subir sous ses balcons fleuris l’affligeant spectacle des paysans «survivants de Borgeaud», ceux qui ne sont pas passés à la… Trappe de Fafa et qui le perturberait, distrairait son attention toute accaparée par la gestion intelligente des mesures d’austérité, comme chacun sait ! Le peuple d’en bas doit comprendre que le peuple d’en haut veille sur lui. Mais il ne peut le faire que dans les meilleures conditions qui soient. Donc, le peuple d’en bas doit se pousser ! Libérer de la place. Evacuer de la surface utile. Et il n’est pas impossible d’envisager que dans le futur, les espaces de la zone Sahel ayant tous été occupés par le Palais et ses douves, il faille encore en brouter ailleurs. Donc pousser plus loin les gueux. Vers les montagnes ? Vers les maquis denses et fournis ? Pourquoi pas ! Les modes d’emploi existent. Y a qu’à les consulter dans les archives de l’histoire de l’Algérie coloniale. Borgeaud peut aujourd’hui reposer vraiment en paix. Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

Nombre de lecture : 1

Dernier sondage 
Pensez-vous que Bachar El Assad va accepter la propo -sition américaine qui consiste en l’abandon de son poste et un exil en Algérie ?
Oui : 12,62%
Non : 83,71%
Sans opinion : 3,68%

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site