Jeudi 3 septembre 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Société
Contribution
Ce monde qui bouge
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


Sports : Coup d’envoi demain des 11e Jeux africains
Une histoire et un périple continental


Les Jeux africains, grand rendez-vous sportif en Afrique, marqueront à Brazzaville leur 11e édition réunissant plus de 6 000 athlètes de 50 pays qui vont concourir durant deux semaines (4-19 septembre 2015) dans 23 disciplines sportives.
Le rendez-vous de Brazzaville revêt un cachet particulier, puisqu'il célébrera le 50e anniversaire du lancement des premiers jeux africains organisés en 1965 (18-25 juillet) dans cette même capitale, en présence de plus de 3 000 athlètes représentant 30 pays. Ces jeux contribueront à l'édification de l'Afrique unie dans la mesure où ils favorisent le rapprochement des peuples en donnant l'occasion aux jeunes des différents pays, engagés sous le signe de la loyauté, de la compréhension réciproque et de l'amitié dans les mêmes disciplines sportives, de mieux se connaître et de mieux se comprendre. Forts de cette première expérience, celle de 1965, les responsables africains décidèrent, lors d'une réunion qui a regroupé les représentants de 27 pays, de confier au Mali, l'organisation en 1968, de la 2e édition. Toutefois, les troubles qui avaient émaillé la vie politique au Mali à cette époque, avaient contraint les responsables du sport africain à solliciter le Nigeria pour organiser l'édition. Celle-ci sera tenue finalement en 1973 avec la participation d'athlètes de 36 pays dans 10 disciplines. Le cycle olympique de quatre ans, n'étant toujours pas respecté, enregistre encore un retard. Les Jeux africains ont connu un parcours chaotique, ayant du mal à trouver à chaque fois une ville d'accueil, les ressources financières nécessaires à une telle organisation, et un équilibre dans les disciplines proposées. La 3e édition a eu lieu à Alger (13-28 juillet 1978), avec la présence de 38 pays présents dans 12 sports. Encore une fois, l'édition d'après (la 4e), prévue en 1983, n'a pu se tenir dans les délais pour des contraintes financières. Elle avait été retardée été à l'année 1987. C'est au Kenya qu'échoit l'organisation de l'édition qui a enregistré la participation de 39 pays. A partir de l'année 1987, le CSSA a décidé de se pencher, sérieusement, sur le devenir des jeux afin d'assurer leur déroulement dans le cycle olympique et mettre un terme aux hésitations et des tergiversations d'un bon nombre de pays pour organiser les jeux.

Les Jeux africains gagnent en régularité
A l'instar de l'Algérie qui a tenu ses engagements, l'Egypte devient quatre ans plus tard le seul pays à s'être engagé sans hésitation pour organiser dans les délais impartis la 5e édition du 20 septembre au 1er octobre 1991. Dès lors, les jeux ont gagné en régularité puisque le Zimbabwe avait également organisé dans les délais la 6e édition en septembre 1995, alors que l'Afrique du sud, qui a fait son retour sur la scène sportive continentale, avait dès lors assuré l'Afrique de la tenue de la 7e en 1999 à Johannesburg. Pour la 8e édition (4-19 septembre 2003), les pays du continent se donnent rendez-vous à Abuja au Nigeria, où avaient eu lieu d'inoubliables Jeux, sur le plan sportif ou organisationnel. Environ 6 000 athlètes de 48 pays, répartis sur 22 sports, étaient présents à Abuja. L'édition d'après (9e) à Alger (11-23 juillet 2007), avait constitué une occasion pour évaluer le niveau du sport en Afrique en prévision des JO-2008 de Pékin. 9 150 athlètes, issus de 53 pays étaient au rendez-vous dans 27 disciplines, ce qui marquera un nouveau record de participation qui n'a pas été pulvérisé à Maputo, quatre ans après (3-18 sept 2011), un rendez-vous ayant réuni les athlètes de 48 nations qui ont concouru dans 26 disciplines sportives.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site