Jeudi 3 septembre 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Société
Contribution
Ce monde qui bouge
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


Chronique du jour : CE MONDE QUI BOUGE
Maroc, le vrai-faux chantage de deux journalistes français


Par Hassane Zerrouky
Voilà une affaire qui tombe à point nommé pour le régime marocain et qui fait couler beaucoup d’encre. Résumons. Deux journalistes d’investigation, Eric Laurent et Catherine Graciet, co-auteurs du Roi prédateur (ed.Grasset. 2012), ont été placés en examen par la justice française pour extorsion de fonds et chantage contre le roi Mohamed VI. Ils sont soupçonnés d'avoir négocié l'abandon d'un projet de livre compromettant sur le roi du Maroc Mohammed VI en échange d’une somme de deux millions d'euros. Les deux auteurs ont été appréhendés à Paris par la police à la sortie d’un rendez-vous (le troisième) avec l’avocat du roi Mohamed VI, maître Hicham Naciri, à qui Eric Laurent aurait proposé la non-publication du livre contre trois millions d’euros ! Il y eut en tout trois rendez-vous avec l’avocat Hicham Naciri à Paris, et c’est à l’issue de la troisième rencontre au Royal Manceau, à laquelle participait Catherine Graciet, que les deux journalistes ont été appréhendés le 27 août et mis en garde à vue par la police française.
Selon maître Eric Dupont-Moretti, un des avocats de Rabat, dont la version (la seule) est passée en boucle sur les radios et télés durant près de 72 heures (entre vendredi et dimanche dernier), le marchandage entre Eric Laurent et son interlocuteur avait été écouté et enregistré le 11 août (une semaine avant leur arrestation) par l’avocat marocain et remis aux policiers français. Le duo a donc été interpellé en situation de flagrant délit à la sortie de ce troisième et dernier rendez-vous. Ce n’est qu’après la fin de leur garde à vue, qui aura duré près de 24 heures dans les locaux de la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) et leur présentation devant un juge d’instruction, que les deux journalistes ont pu donner leur version des faits.
Selon Le Journal du Dimanche, et c’est là où l’affaire se corse, l'avocat marocain se serait chargé lui-même des enregistrements en lieu et place des policiers français. Un acte qualifié par Me Eric Moutet, l'avocat de Catherine Graciet, de «contournement de procédure». Pour Me William Bourdon, Eric Laurent et Catherine Graciet sont tombés dans un «traquenard», une «opération politique» de Rabat contre deux journalistes «dont l'enquête est de nature à révéler de lourds secrets». Le fait est qu’il y a bien eu un deal entre le duo Eric Laurent-Catherine Graciet et l’avocat Hicham Naciri, qu’ils accusent d’avoir trituré les faits. Eric Laurent affirme dans Le Monde du 30 août : «On le voit très bien dans les procès-verbaux tirés des enregistrements : il n’y a aucune demande de ma part. Il y a encore moins de menace de chantage. Nulle part. A un moment donné, il (l’avocat du Palais ndlr) me dit : “On pourrait peut-être envisager une rémunération, une transaction, en contrepartie d’un retrait écrit”. C’est lui qui m’amène à cette idée. A aucun moment il n’y a dans ces enregistrements une volonté de ma part de faire chanter le roi du Maroc à travers un de ses avocats». De son côté, Catherine Graciet, qui reconnaît avoir eu «un accès de faiblesse», assure : «Dans cette histoire, c'est le Palais qui propose, le Palais qui corrompt (…) Quand j'ai signé le protocole où nous renonçons à écrire sur la monarchie, je me dis aussi que j'ai la preuve que c'est un corrupteur, puisqu'il l'a signé lui aussi».
Cette affaire de vrai-faux chantage pose au moins deux problèmes. Le premier est que les deux journalistes, qui travaillent en free-lance, n’ont même pas fait montre d’un minimum de déontologie : en acceptant le deal et une avance de 40 000 euros accordée par Rabat, ils ont commis une faute qui jette l’opprobre et le discrédit sur le métier de journaliste. Le second, c’est que le régime marocain, qui n’est pas tout à fait blanc, a exploité outrageusement la «tentation» des deux journalistes, pour crier au scandale et se refaire une virginité à bon compte, aidé dans son entreprise par des médias français peu regardants : pas ou peu d’écrits sur la corruption(1) et encore moins concernant la répression contre les démocrates et progressistes : combien savent que Wafaa Charaf, 21 ans, a été condamnée en octobre 2014 à deux ans de prison pour avoir dénoncé la situation des ouvrières d’une filiale d’une multinationale étrangère ?
H. Z.

(1) Selon le magazine américain Forbes, avec une fortune évaluée à 2,5 milliards de dollars, le roi du Maroc est plus riche que l’émir du Qatar.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site