Dimanche 13 septembre 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
Société
Monde
Contribution
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : Système de remboursement
La Cnas en quête de solutions complémentaires


La Caisse nationale de sécurité sociale (Cnas) pense à revoir son système actuel de remboursement. Le tarif de responsabilité est la piste privilégiée par cette institution qui compte diversifier ses ressources de financement pour améliorer sa santé financière, actuellement en souffrance.
Salima Akkouche - Alger (Le Soir)
- La Cnas va bientôt remettre à jour le dossier de l’actualisation de la nomenclature des actes et des tarifs de remboursement.
La Caisse nationale de la sécurité sociale pourra-t-elle supporter les nouveaux tarifs de remboursement ? «Le système, tel qu’il est conçu actuellement, ne pourra jamais assumer les tarifs réels de remboursement et si demain la nomenclature des actes professionnels est revisitée au réel, la Cnas sera déficitaire et son système, où la nomenclature des actes date de 1987, sera en ruine», nous confie-t-on.
En 2012, explique une source auprès de la Cnas, cette institution a eu à rembourser 50 millions d’ordonnances. «Si l’on calcule, rien que les consultations, à hauteur de 100 dinars la consultation que l’on multiplie sur 50 millions de patients, cela nous donnera une somme de 5 milliards de dinars remboursée.
Un chiffre énorme sachant que pour le médecin spécialiste conventionné, la consultation est remboursée à hauteur de 600 dinars», souligne notre source qui s’interroge si le système actuel de remboursement peut tenir encore longtemps ? Mais la réponse est simple : «Le système de remboursement de la Caisse de sécurité sociale, basé sur des recouvrements financés par les cotisations, a atteint ses limites, d’autant que les dépenses sont en hausse continue», constate-t-elle. C’est pourquoi, dit-elle, la Cnas doit se préparer pour ne pas subir un choc et parer à toute éventuelle catastrophe. La solution ? Notre source explique que la Cnas réfléchit à aller vers le tarif de responsabilité pour rembourser uniquement en fonction de ses ressources. «La Cnas ne peut plus vivre que des cotisations et elle doit, à l’instar des autres systèmes dans le monde, diversifier ses ressources de financement et chercher d’autres ressources pour pouvoir améliorer sa santé financière», explique-t-on. D’où, souligne-t-on, l’intérêt d’associer le privé au système de la Sécurité sociale comme une assurance complémentaire.
La Caisse nationale de sécurité sociale dont la santé financière est en souffrance est ainsi contrainte de revoir sa copie du système de remboursement à travers le tarif de responsabilité soit en fonction des ressources de cet organisme. «Si la Caisse de la sécurité sociale française souffre d’un déficit de 30 milliards de dollars, malgré son système basé sur la complémentarité, qu’en sera-t-il de nos caisses avec les dépenses auxquelles elle fait face toute seule», s’interroge un spécialiste.
Pour rappel, la Cnas contribue à un forfait hôpital de l’ordre de 87 milliards de dinars et assume des dépenses de l’ordre de 200 milliards de dinars en matière de médicaments.
L’organisme de Sécurité sociale prend en charge 30 millions d’assurés sociaux et leurs ayants droit.
S. A.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site