Dimanche 18 octobre 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
Contribution
Ici mieux que là-bas  
Digoutage
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : SAÂDANI À PARTIR DE ANNABA :
«Nous ne voulons pas de ceux qui tiennent le bâton par le milieu»


A Annaba où il a animé, hier au Théâtre régional Azzedine-Medjoubi, la conférence régionale des cadres de son parti en activité dans les wilayas de l’est et du sud-est du pays, Ammar Saâdani a appelé au dialogue et à la concertation.
Dans le discours qu’il a prononcé dans une salle de spectacle envahie par les élus FLN des wilayas de Tarf, Annaba, Guelma, Souk-Ahras, Oued-Souf, Ouargla, Batna, Khenchela, Oum-El-Bouaghi, Constantine, Skikda, Mila, Jijel et Sétif, le secrétaire général de l’ex-parti unique n’a pas épargné de sa diatribe ses homologues des autres partis politiques.
Evitant de le nommer tout en appuyant sur le terme de «certains grands partis politiques», il paraissait en vouloir au Rassemblement national démocratique (RND) qui détient actuellement la majorité à la Chambre haute du Parlement. «Nous ne voulons pas de ceux qui tiennent le bâton en son milieu. Ou on est pour ou on est contre», devait-il dire à propos de l’adhésion des partis politiques au programme du président de la République.
A beaucoup d’égards, l’impression générale qui se dégageait est que les réflexions et arguments exprimés par le secrétaire général du FLN sont proches des chroniques développées dans un cadre patriotique ou nationaliste spécifique en pareille circonstance.
Ammar Saâdani a mis en exergue une stratégie qu'il voulait subtile et développée pour tenter d’imposer son point de vue.
Avant d’entamer son discours sur les prochaines sénatoriales, il a d’abord souligné tout le bienfait socioéconomique des décisions prises par Abdelaziz Bouteflika. Il a argumenté ses propos en citant le secteur de l’habitat, des travaux publics, de l’éducation et de l’enseignement supérieur.
Le secrétaire général du FLN a appelé à la vigilance des Algériens pour éviter d’avoir à vivre la même situation qu’en Syrie et en Libye, «notre pays est encerclé de toute part. On cherche par tous les moyens à le déstabiliser», dira-t-il.
Abordant la question de la prochaine échéance électorale pour le renouvellement de la moitié du Sénat, Ammar Saâdani a été succinct. Il a affirmé : «Contrairement aux précédentes élections, il n’y aura ni chkara, ni maârifa en ce qui concerne le choix de nos candidats. Les dispositions du règlement intérieur départageront les prétendants au Sénat.»
Ammar Saâdani faisait-il allusion à certains élus qui, et c’est un secret de Polichinelle, n’ont pu accéder à la Chambre basse que grâce à ce
procédé ? Le patron du FLN a appelé ses cadres à rester unis pour prétendre s’imposer, soulignant que cela exige des changements de comportement et d’attitude : «Nos concurrents sont impuissants quant à influer sur une quelconque démarche politique dans la gestion du pays. Le FLN est et demeurera la locomotive de la vie politique nationale», a-t-il martelé. C’est pourquoi il a estimé que le gouvernement doit être dirigé par le FLN. Contrairement à ses précédentes apparitions, Ammar Saâdani n’a pas caché la volonté de son parti de déloger le RND de la majorité qu’il occupe actuellement au Sénat. Sans trop s’attarder sur ses adversaires politiques, il n’a tout de même pas omis de titiller la susceptibilité des responsables du RND, sous les applaudissements des présents dont certains sont connus localement pour leur opportunisme notoire.
A. Bouacha

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site