Lundi 26 octobre 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Corruptions
Culture
Société
Monde
Contribution
Kiosque arabe  
Digoutage
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : IL COLLECTIONNE LES REFUS À SON PROJET
Saâdani seul contre tous


Le secrétaire général du FLN est en passe de réussir une prouesse inédite : celle de liguer contre lui tous les hommes politiques, y compris ceux issus du même clan présidentiel.
M. Kebci - Alger (Le Soir)
- C’est que son projet de front devant accompagner le président de la République dans son programme est loin de susciter l’enthousiasme de la classe politique, du moins celle cataloguée sur le registre des grosses cylindrées.
A l’exception du patron de TAJ, le premier à signifier son adhésion à cette initiative, non sans abandonner la sienne, celle consistant en la constitution d’un mur de défense à même d’immuniser le pays de tout danger extérieur.
Si le MPA et l’ANR, dont les patrons ont été des acteurs clés, voire zélés, dans le soutien au président de la République, particulièrement lors de la dernière élection présidentielle, ne se sont pas encore positionnés, le RND, l’autre béquille politique du pouvoir de la taille de celle du FLN ou presque, est réservé à l’idée.
Son secrétaire général intérimaire, le revenant Ahmed Ouyahia, a clairement récusé, il est vrai diplomatiquement, le projet, lui préférant le sien, celui consistant en la résurrection de la défunte Alliance présidentielle autour des seuls partis participant au gouvernement. Surtout qu’il était le premier sur ce «marché à la criée» des propositions, avant que Ammar Saâdani ne vienne, quelques jours après, au bout d’un long silence estival de près de quatre mois, le «parasiter» par cette idée vraiment «saugrenue», la plus «inédite» de par les contours que le patron du FLN lui dresse au fil de ses sorties publiques.
En effet, après avoir limité les éventuels adhérents à son initiative aux seuls acteurs politiques, associatifs et syndicaux et autres membres de la société civile ayant soutenu le président de la République, Saâdani «accouchera», un peu plus tard, d’un «non-sens politique». Il proposera tout simplement à l’opposition qui tient, d’ailleurs, comme quintessence à son union pour une grande frange d’elle, justement de sa convergence à dépasser le pouvoir en place qu’elle ne cesse de vilipender et de dénoncer, et souvent en des termes peu amènes, à rejoindre ce front de soutien au président de la République. Il n’y a que l’ancien député d’El-Oued qui peut être l’auteur de pareille «trouvaille politique, ou plutôt politicienne» puisqu’il ne lui manquait qu’à inviter publiquement cette opposition à faire son mea-culpa, à se repentir et à demander pardon ! Une opposition qui, faute de répondre à cet «appel du cœur», sous couvert «d’intérêt national à sauvegarder en pareille conjoncture faite de nombreux défis à relever», elle qui conçoit ce même intérêt à travers le «dépassement du pouvoir que Saâdani et compères incarnent», qui via une transition démocratique, qui par un nouveau consensus national à reconstruire et tutti quanti, se voit qualifiée de tous les noms d’oiseaux par ce même Saâdani !
Et la palme sur ce registre des tristes épithètes attribués par le secrétaire général du FLN à chacune de ses sorties revient incontestablement à la patronne du PT qui se voit tailler des croupières. Saâdani accuse tout simplement Louisa Hanoune de «rébellion» contre le président de la République dont, selon lui, «elle dénonce les engagement électoraux manqués après l’avoir de tout temps soutenu et reconnu les résultats du 4e mandat».
Tout cela pour dire que le secrétaire général du FLN est en train de réunir toutes les conditions idoines pour un échec «cuisant» de son projet ainsi mort-né. Il se retrouvera seul avec comme «soutiens» cette nuée de chefs de partis, d’organisations et d’associations, tous arrimés au vieux front et qui ne doivent leur existence «organique» qu’à ce genre de «besognes» d’essence purement «politicienne» qui répondent à bien d’autres ambitions et de velléités inavouées, celles d’émerger et de se distinguer du lot des souteneurs, trop nombreux et embarrassants…
M. K.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site