Samedi 14 novembre 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Société
Contribution
Lettre de province  
Digoutage
Soirmagazine
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
Edition du jour
Nos archives en HTML


Soirmagazine : C’est ma vie
Khial ellil


Par M. Zenasni
Qui se souvient de ces chemins qui montent vers «les grottes Boudghene» ? C’est ainsi qu’on appelait ce petit hameau situé au pied du plateau de Lalla Setti qui ne comptait pas plus de 2 000 habitants au début du siècle. Si Abdelkrim, l’homme qui venait des confins du Sahara, avait l’allure d’un derwiche
Si Abdelkrim se manifesta de nouveau, il avait prédit un grave événement. Le lendemain, alors qu’une patrouille de militaires français s’apprêtait à encercler le village pour arrêter les auteurs d’un attentat commis par un fidaï qui avait abattu le garde-champêtre, des youyous fusèrent des modestes chaumières ; les militaires furent surpris et déstabilisés. Commença alors une féroce répression contre la population qui résista par des jets de pierres. Un projectile toucha la jeep du capitaine. Ce dernier ordonna de tirer à bout portant ; l’ordre fut exécuté, le sang a coulé. Boudghene était au rendez-vous de l’histoire, il venait d’offrir ses premiers martyrs à la Révolution algérienne. Parmi les victimes, il y avait des femmes. Je revois encore notre voisine, khalti Kheïra, venue en courant vers ma grand-mère en se plaignant d’une douleur. Elle avait reçu une balle au ventre, elle mourra quelques années plus tard.
La plus longue nuit coloniale restera gravée à tout jamais dans la mémoire de cette population qui avait pris au sérieux le mystérieux message de Si Abdelkrim, «le derwich» qui avait annoncé le drame. Khial ellil ne s’était donc pas trompé. Avait-il des dons surnaturels ? Une chose est sûre, tout le monde prenait au sérieux la moindre parole de cet homme qui avait une extraordinaire mémoire, il se rappelait le moindre petit événement et curieusement, il interpellait par leur prénom des personnes qu’il n’a jamais rencontrées. Au fil des années, Si Abdelkrim le solitaire, l’homme qui marche dans les ténèbres sans se tromper de chemin, est devenu une légende.
Il devient un mystère, tout le monde le respecte, certaines femmes le sollicitaient pour avoir sa bénédiction et parfois lui demandaient de leur révéler leur mektoub. Abdelkrim le sage n’est pas un charlatan, il refuse toute forme d’offrande. Même la famille de Hadj Abdellah Ghanemi qui l’a hébergé pendant des années ignore tout de lui. La nuit du 11 décembre 1961, la nuit du miracle. Comme s’il fallait une autre preuve pour alimenter le mystère qui entoure ce personnage hors du commun, dans la nuit du 11 décembre 1961, il se passa quelque chose que personne ne saura expliquer. Durant cette nuit glaciale, il n’y avait personne dehors, d’autant plus que le couvre-feu était entré en vigueur à 21h. Vers minuit, la population fut réveillée par des coups de feu, c’était des rafales de mitraillette. Tout le monde pensait à un accrochage entre les moudjahidine et les forces coloniales et pour en avoir le cœur net, certains ont osé ouvrir leurs fenêtres pour voir ce qui se passait. C’était la pleine lune, Si Abdelkrim était encore dehors, il revenait de la ville. Arrivé à l’entrée du village, il ignora comme d’habitude le couvre-feu, ne répondit pas aux sommations des militaires et ce fut un déluge de feu, les balles sifflaient de partout, et Khial ellil continuait à marcher tranquillement sans s’arrêter. Arrivé à son domicile, il regarda une dernière fois les militaires qui continuaient à tirer sur lui. Il rentra alors se coucher. Pas une balle ne l’avait atteint. Un soldat français qui avait vidé son chargeur sur ce marcheur solitaire cria à ses camarades : «Cessez le feu ! Vous tirez sur un marabout.» Le lendemain, les gens avaient du mal à réaliser ce qui venait de se passer. A partir de ce jour, Si Abdelkrim a cessé d’être un humain. Il sera considéré dorénavant comme un wali d’Allah, un protégé de Dieu en quelque sorte, et nul ne pouvait mettre en doute ses paroles.
Depuis fort longtemps on nous disait que Ghirane Boudghene étaient protégés par les saintes Lalla Setti et Marie-Notre dame de Fatima. Désormais, Si Abdelkrim fait partie de ces anges protecteurs.
Les soldats de la petite garnison militaire, stationnée près de la ferme Lopez, n’osaient plus s’adresser au promeneur solitaire de la nuit ; lorsque ce dernier passait près du poste de contrôle à une heure tardive, il leur arrivait même de le saluer.
Le responsable de la SAS, un certain Salinas qui faisait régner la terreur parmi la population, s’est assagi. Un jour, Si Abdelkrim lui avait prédit un mauvais sort ; une semaine plus tard, Salinas fera l’objet d’un attentat ; un fidaï le rata de peu, mais il fut grièvement blessé à la main.
Au lendemain de l’indépendance, le wali d’Allah de Boudghene vécut chez hadj Abdellah et avec l’âge, il se faisait de plus en plus discret, mais continue toujours de fasciner les gens. A la fin des années 80, il trouva refuge chez une autre famille, après la mort de hadj Abdellah. L’homme qui est venu il y a plus d’un demi-siècle de son Sahara natal s’est éteint il y a cinq ans et demi, on ne lui connaît aucune famille, il repose au cimetière de Sid Ahmed Senouci emportant son secret avec lui. Si Abdelkrim est une légende vivante.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site