Lundi 25 janvier 2016
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Corruptions
Culture
Monde
Contribution
Kiosque arabe  
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Actualités : À PARTIR DE L’ANNÉE PROCHAINE
Le bac en trois jours seulement


De notre envoyée spéciale à Adrar,
Salima Akkouche

L’examen du baccalauréat de l’année scolaire 2016- 2017 se déroulera en trois jours. C’est ce qu’a annoncé, hier, la ministre de l’Education nationale. La formule définitive à même de réduire les jours de cet examen sera adoptée d’ici le mois de mars prochain, a-t-elle indiqué. Quant à la proposition du nouveau calendrier des examens de fin de cycle, elle sera soumise au Conseil du gouvernement cette semaine pour approbation. La réforme du secteur de l’éducation est entamée. Et la refonte du déroulement de l’examen du baccalauréat semble être le premier point de ce chantier. Ainsi, à partir de l’année prochaine, l’examen du baccalauréat se déroulera en trois jours au lieu de cinq jours actuellement. C’est ce qu’a annoncé hier Nouria Benghebrit en visite de deux jours dans la wilaya d’Adrar. Comment cela va se faire ? «Nous sommes ouverts à toutes les propositions, nous avons eu déjà des discussions avec les partenaires sociaux et il y a eu plusieurs réunions à ce sujet, l’idée est encore en maturation, mais nous allons avoir une vision globale d’ici le mois de mars prochain, que nous allons soumettre au gouvernement », a indiqué la ministre de l’Education nationale. Réduire les jours de cet examen fait partie des deux cents propositions issues de la conférence nationale de la mise en œuvre de la réforme dans le secteur de l’éducation qui s’est déroulée le mois de juillet dernier. Les syndicats et les parents d’élèves ainsi que le Premier ministre ont soutenu que cinq jours de stress était beaucoup pour les candidats. D’où l’idée de réduire les jours de cet examen et l’une des propositions était de passer le bac en deux sessions : le candidat sera évalué sur certaines matières en deuxième année et le reste en troisième année. Par ailleurs, concernant la révision du calendrier des examens de fin de cycle pour cette année, la ministre a rappelé que la commission chargée de cette révision a établi un calendrier qui sera soumis à l’approbation du Conseil du gouvernement cette semaine. «Il y a eu un consensus sur les dates des examens nationaux entre les partenaires sociaux et l’administration mais nous ne pouvons pas encore prendre la décision sans l’approbation du gouvernement à qui nous allons soumettre cette semaine ce nouveau calendrier», a souligné la ministre. Ce qui est sûr, poursuit-elle, c’est que l’examen du bac se déroulera avant le mois de Ramadhan. «Cette année, nous procéderons ainsi et la prochaine année nous avons cette idée de réduire les jours d’examen», a souligné Nouria Benghebrit. Pour rappel, les dates retenues pour l’examen du bac entre le 29 mai et le 2 juin, le BEM entre le 24 et le 26 juin et la 5e le 22 mai. A travers sa décision, la ministre de l’Education précise qu’elle n’a pas cédé à un chantage. «J’ai parlé une fois que les réunions régionales ont rendu leurs résultats sur l’avancement des programmes et qui ont démontré que 60% du programme scolaire est déjà finalisé et avec la signature d’une charte d’éthique avec les syndicats, nous n’avons aucune crainte par rapport cette question», a-t-elle précisé. Par ailleurs, la ministre a donné le coup d’envoi de la session de formation des directeurs des établissements dans la wilaya. Le but, dit-elle, c’est de passer d’une gestion administrative à une gestion de management. Et ses instructions sont claires : «Le directeur d’établissement doit être un chef d’orchestre au niveau de son établissement, personne n’est obligé de devenir un chef d’établissement, cette profession est volontaire et celui qui veut l’exercer doit se présenter avec un projet.» Nouria Benghebrit qui a recommandé aussi aux directeurs des établissements de lutter contre la violence à l’école va présenter aujourd’hui une enquête réalisée par l’Unicef sur les enfants non scolarisés. «Nous ne pouvons pas tolérer qu’il y ait des enfants en âge de scolarisation et qui ne vont pas à l’école », a lancé Benghebrit qui compte se pencher sur la situation.
S. A.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site