Lundi 21 mars 2016
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Corruptions
Le Soir Auto
Culture
Contribution
Kiosque arabe  
Soit dit en passant  
Digoutage
Reportage
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Nos archives en HTML


Régions : Meurtre du petit Nadjib à Sidi-Bel-Abbès
L’assassin présumé est un pédophile récidiviste


C’est bas le chapeau que la population de Benbadis a salué la perspicacité et le flair de la Sûreté de Benbadis, à sa tête son chef qui a élucidé la ténébreuse affaire du petit Nadjib, âgé de 7 ans, qui a été abusé sexuellement puis étranglé et déposé près d’un olivier à quelques kilomètres du domicile parental de la victime.
Son présumé meurtrier, âgé de 46 ans, répondant aux initiales B. A. alias Kouider, résidant à Hassi Ghella (Aïn Témouchent), maçon de profession, marié et père d’un enfant a été, le 13 mars dernier, arrêté par la police qui a su grâce à sa vocation de police de proximité, remonter jusqu’à lui.
Le mis en cause, habitant auparavant dans la localité de Hassi Ghella, qui était sous le coup d’un mandat d’arrêt émis par le tribunal de Aïn Témouchent pour une affaire d’abus sexuel sur mineur, s’était replié dans l’anonymat dans la localité de Benbadis où il exerçait la profession de maçon aux côtés du père du petit Nadjib, qui a été abusé sexuellement puis tué. Ce dernier avait, rappelons-le, disparu le 6 mars dernier et il a été retrouvé deux jours après, étranglé dans une oliveraie.
De fil en aiguille, usant de son flair, la police est parvenue à émettre un doute sur la personne du présumé meurtrier. Les tests d’ADN prélevé sur le corps de l’enfant, ont fini par confondre le présumé meurtrier qui a été finalement arrêté le 13 mars dernier.
Des sources dignes de foi nous ont confié que le mis en cause ne serait pas, semble-t-il, tout à fait étranger à l’affaire de l’enfant, âgé de 13 ans, de Benbadis, abusé sexuellement et dont le corps a été retrouvé emballé dans un sac poubelle, déposé à quelques mètres du domicile parental le 29 janvier dernier après trois jours de disparition. Quatre personnes ont été écrouées. Cette affaire a failli mettre le feu à la localité qui a demandé une peine exemplaire aux auteurs.
A. M.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site