Lundi 21 mars 2016
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Corruptions
Le Soir Auto
Culture
Contribution
Kiosque arabe  
Soit dit en passant  
Digoutage
Reportage
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Nos archives en HTML


Sports : BOXE
Baisser de rideau du tournoi africain qualificatif aux JO 2016
L’Algérie apporte la preuve par 7 !


L’Algérie sera fortement représentée au tournoi de boxe des olympiades de Rio de Janeiro. Avec sept boxeurs qualifiés, c’est la 1re nation africaine et parmi les cinq meilleurs pays au monde.
Mohamed Bouchama - Alger (Le Soir) - Mohamed Flissi (52 kg), Réda Benbaâziz (60 kg), Zoheïr Keddache (69 kg), Abdelhafid Benchabla (81 kg) et Chouaib Bouloudinat (91 kg) ont fini par rejoindre Chadi Abdelkader (64 kg) et Ilyès Abbadi (75 kg) à l’issue du tournoi préolympique tenu à Yaoundé (Cameroun) du 11 au 19 mars.
Le dernier à accomplir cette formalité fut Zoheïr Keddache confronté samedi soir au Palais des Sports de Yaoundé au Ghanéen Mohamed Azumah, lors des «barrages» pour la 3e place des 69 kg.
Un combat qui a vu l’Algérien renverser une situation compromettante. Battu lors du premier round (28-29), Keddache reprenait les choses en mains durant les deux rounds suivants qu’il remportait sur une marge sécurisante à la majorité des juges (30-27). Une qualification qui replace la boxe algérienne dans le giron des meilleures au monde.
Durant cette expédition au Cameroun, les boxeurs algériens ont remporté une médaille d’or (Benchabla), trois en argent (Flissi, Benbaâziz et Bouloudinat) et une en bronze (Keddache). C’est le plus accompli palmarès du tournoi qui a vu le Cameroun, pays organisateur, remporter deux médailles d’or (49 kg et 75 kg). Le Maroc, avec une médaille d’argent (64 kg) et trois médailles en bronze (56 kg,75 kg et +91 kg) et l’Égypte avec 1 médaille d’or (60 kg) et deux en argent (69 kg et 81 kg) sont les autres pays à s’être illustrés durant cette compétition qui a permis à des pays comme les Seychelles (1 or 91 kg et une bronze dans les 60 kg), la Namibie (1 or dans les 64 kg et une médaille de bronze dans les 49 kg) et le Kenya (1 or dans les 69 kg et 1 bronze dans les 49 kg) d’entrer dans le club restreint des grandes nations africaines de la boxe amateure chez les masculins.
Le tournoi féminin ayant, pour sa part, consacré l’hégémonie des Marocaines qui ont raflé les trois titres en jeu (48/52 kg, 57/60 kg et 69/75 kg) et autant de billets pour les JO 2016.
L’exploit des pugilistes algériens est d’autant plus éloquent que les boxeurs (Zoheïr Toudjine, Mohamed Grimes et Fahem Hamachi) qui n’avaient pas réussi à se hisser dans le carré final ont été éliminés respectivement par le vainqueur de la catégorie des 49 kg et 56 kg, respectivement le Camerounais Simplice Fotsala et le Tunisien Bilal Mhamdi, et le finaliste des +91 kg, en l’occurrence le champion marocain Arjaoui Mohamed, qui a perdu sa finale sur décision des juges (disqualification) face au Nigérian Efe Ajagba.
Pour mémoire, le «score» réalisé par l’Algérie (qualification de sept boxeurs aux JO 2016) n’est pas le plus resplendissant de l’histoire de la boxe algérienne. En 2012, ils étaient 8 boxeurs à concourir aux Jeux olympiques de Londres. Deux éléments, Abdelkader Chadi et Abdelhafid Benchabla, sont en sélection depuis 2008 alors que cinq autres (Flissi, Benbaâziz, Keddache, Abbadi et Bouloudinat) fréquentent les rangs de l’EN depuis 2010.
Comme quoi, malgré les changements en profondeur des staffs techniques et ceux de la fédération, ils n’ont pas trop bouleversé les «habitudes» du noble art en Algérie. Il est vrai, cependant, que la relève tarde à montrer son nez. A cet effet, faut-il faire remarquer qu’aucun élément incorporé chez les Verts depuis 2013, et le départ du staff technique conduit par Azzedine Aggoune ne figure dans la liste des qualifiés aux JO de Rio de Janeiro. Lors des préliminaires des JO de Londres, l’Algérie avait présenté 10 boxeurs et a fait qualifier 8 éléments alors que les 7 boxeurs qui iront au Brésil sont issus d’un effectif de 12 athlètes. Faut-il oublier que sur les 8 qualifiés aux JO de 2012, six étaient à leur premier exploit. Il s’agit d’Ilyès Abbadi, Samir Brahimi, Abdelmalek Raho, Mohamed-Amine Ouaddahi, Chouaib Bouloudinat et Mohamed Flissi.
C’est une autre preuve qui confirme que les clubs ne forment plus. Ce qui n’étonne pas au vu des maigres moyens logistiques consentis par les autorités du sport à certaines disciplines qu’on dit porteuses mais qui, en définitive, ne bénéficient d’aucune attention particulière.
Ce n’est, il est vrai, pas le football. Et le constat pourrait se vérifier quand les boxeurs algériens regagneront aujourd’hui le pays.
M. B.

Tableau des médailles (Messieurs)
1)-Cameroun (2 or et 1 bronze)
2)-Algérie (1 or, 3 argent et 1 bronze)
3)-Egypte (1 or et 2 argent)
4)-Namibie (1 or et 1 argent)
5)-Kenya (1 or et 1 bronze)
--Tunisie (1 or et 1 bronze)
--Seychelles (1 or et 1 bronze)
8)-Afrique du Sud (1 or)
--Nigeria (1 or)
10)-Maroc (1 argent et 3 bronze)
11)- Lesotho (1 argent)
--Ile Maurice (1 argent)
13)-Ouganda (2 bronze)
*La sélection marocaine Dames a décroché les trois titres en jeu et autant de tickets pour les JO 2016.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site