Jeudi 24 mars 2016
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Monde
Contribution
Les choses de la vie  
Ce monde qui bouge  
Soit dit en passant  
Digoutage
Reportage
Faits divers
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Nos archives en HTML


Chronique du jour : SOIT DIT EN PASSANT
Courrier de lecteur


Par Malika Boussouf
[email protected]

Il est des matins comme ça où je sais très vite que je vais devoir faire avec la culpabilité que je ressens à chaque fois que je reçois un courrier de lecteur qui me confie sa déroute. Comment trouver le meilleur moyen de se solidariser avec le désespoir des autres ? Je propose de partager le message, histoire d’offrir un autre regard sur la vie de tous les jours à ceux qui pensent, peut-être, que j’en renvoie une image trop négative. Jugez-en par vous-mêmes.
«Je suis un lecteur de l’Est algérien (Mila) et un assidu du Soir d’Algérie que j’apprécie pour la pertinence de ses analyses et son sens de l’objectivité… Je m’adresse à vous, Madame, après maintes réflexions et après avoir acquis la certitude que l’Algérie se porte mal et surtout, après avoir constaté que ses enfants sont livrés à eux-mêmes et perdus à tout jamais. Parmi eux, je citerai le cas de votre interlocuteur, moi-même, 47 ans, toujours célibataire. Pas de femme. Pas d’enfants. Pas de logement. Pas d’amis. Je vis un véritable désastre dont je suis le seul à mesurer la portée et surtout à en subir les effets. Les années passent et se ressemblent sans que je puisse rectifier la trajectoire de ma triste vie, dans le bon sens. Dans ce pays, toutes les portes sont closes. Il n’y a que l’argent qui puisse les ouvrir. Pour trouver un travail, il faut soudoyer. Pour aspirer à un toit décent, il faut disposer d’un compte, de préférence bien garni, ou être appuyé par une personne influente. J’ai contacté beaucoup de gens.
La quasi-totalité m’a déçu et ignoré. On s’empresse de rendre service à une personne fortunée et aisée mais les démunis dans mon genre, on les dédaigne et méprise. Bref, désappointé et trompé par mes congénères, les hommes, j’ai décidé, aujourd’hui, et par le biais de cette lettre que je vous envoie, Madame, de tenter ma chance auprès de la gent féminine dont vous êtes la digne représentante et le parfait exemple de réussite dans un univers où il n’est pas facile de se faire une place. J’ai espoir que mes appels à l’aide… trouveront une oreille attentive et connaîtront une suite favorable de votre part ou par votre intermédiaire…»
A suivre...
M. B.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site