Mardi 5 avril 2016
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Retraite
Culture
Monde
A fonds perdus  
Soit dit en passant  
Digoutage
Faits divers
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Nos archives en HTML


Culture : Café littéraire de Chlef
La poésie populaire en vedette


Les quatrains de Abderrahmane El Medjdoub nous sont parvenus grâce à la transmission orale. C'est en 1868 que le comte Henri de Castries, colonel de l'armée française, arriva à réunir tous ses poèmes dans un recueil Les gnomes de Abderrahmane El Medjdoub.
Après un morceau de musique orientale joué au oud par Hrach Baghdadi à la demande des présents, c'est le président, M. Boudia Mohamed, qui expliquera, dans une conférence, l'origine du 1er avril. L'histoire fait remonter l'origine de cette coutume en l'an 1564, lorsque le monarque de l'époque, Charles IX, instaura le 1er janvier comme le début de l'année en remplacement du 1er avril. Les étrennes du nouvel an sont alors offertes trois mois plus tôt. A partir de cette année, il ne restait plus que des félicitations et des cadeaux ridicules accompagnés de messages trompeurs. Cette date coïncide avec la fin du carême, période pendant laquelle les chrétiens n'ont pas le droit de consommer de la viande, remplacée par du poisson. De ce fait, l'offrande la plus fréquente est représentée par un faux poisson. On parle aussi de poissons jetés dans les rivières pour tromper les pêcheurs. D'autres avancent une interdiction de pêche à cette période coïncidant avec la ponte.
L'autre intervenant, en l'occurrence Dr Medjdoub, a éclairé l'auditoire sur la vie de Sidi Abderrahmane El Medjdoub, poète populaire sarcastique du XVIe siècle, de son vrai nom Abou Mohamed, Ben Ayad, Ben Yagoub, Ben Salama, Ben Khachacha, El Sanhadji, El Faradji, El Doukali, surnommé El Medjdoub. Il serait né en 1505, à Titt, non loin de Meknès, lors du règne des Béni Watas, quelques années après la décadence en Andalousie.
Il était contemporain de Benkhlouf, célèbre poète du malhoun, et Sidi Ahmed Benyoucef, saint patron de Miliana. Les quatrains de Abderrahmane El Medjdoub nous sont parvenus grâce à la transmission orale. C'est en 1868 que le comte Henri de Castries, colonel de l'armée française, arriva à réunir tous ses poèmes dans un recueil Les gnomes de Abderrahmane El Medjdoub.
L'œuvre de ce poète mystique a fait l’objet de recherches par Jeanne Milly Selles, El Medjdoub, poète sarcastique du XVIe siècle, ainsi qu’Alexandre Louis de Premare, tradition orale de Medjdoub, récits et quatrains inédits. D'aucuns pensent que Abderrahmane El Medjdoub est un mystique extatique qui utilise le quatrain emprunté au melhoun pour inviter à l'élévation morale des âmes. Le thème social occupe une grande part de l'œuvre comme dhrabt kefi li kefi oua khamamt fi lardh saa, sobt kelt chi trechi oua naoudh nen djamaa (j'ai claqué des mains, je me suis assis par terre pour réfléchir. j'ai constaté que la pauvreté rend l'homme vulnérable et le marginalise) ou encore Echachia tatbaa el ras, el ouadjh dhaouih el hassana, el meksi yagoud maa nas oua larian naoudhouh ma hadhana (le chapeau sied à la tête, le rasage confère au visage toute sa brillance. Celui qui est bien habillé est bien entouré, tandis que le dépenaillé reste seul).
Mlle Benani Halima est venue de Tissemsilt, ville connue pour son festival de la poésie populaire. Détentrice d'une licence en lettres arabes, elle exerce dans une bibliothèque. Elle se passionne pour la poésie. Elle est venue présenter des poèmes dans les trois langues, en arabe, en français et dans la langue de Shakespeare.
Les thèmes qu'elle affectionne sont patriotiques, comme la vigilance liée à la situation sécuritaire. Elle vient de publier un recueil de poésies intitulé le combat du stylo.
Le modérateur, Saâdoune Bouabdellah, a ému l'assistance avec des poèmes en melhoun sur les parents : «Quand on perd son père, ce sont deux membres qui sont amputés. Quand il s'agit de la mère, on est anéanti.» Mansour Mokhtari, Ghazal, et Aïssa Nekaf ont lu des poèmes dont le sujet est social.
Medjdoub A.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site