Mercredi 6 avril 2016
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Auto
Culture
Monde
Contribution
Tendances  
Soit dit en passant  
Digoutage
Faits divers
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Nos archives en HTML


Actualités : Le Bonjour du «Soir»
«Panama Papers»... à tête froide


Par Maâmar Farah
Nous avons dit ce que nous pensions de ces hommes qui ont trahi la confiance placée en eux en acceptant de se faire corrompre par des sociétés étrangères intéressées par le marché algérien. Ceux-là sont connus et nommément cités dans les affaires qui éclatent çà et là. Mais la manière dont a été présentée la «Panama Papers» par certains médias ne sert ni le journalisme d'investigation, ni la justice.
Un ami de Poutine impliqué et c'est Poutine qui devient malfaiteur ! Un homme d'affaires syrien proche d'El Assad pris en flagrant délit de fuite de capitaux et c'est le Président syrien qui a «l'honneur» de la Une ! Le secrétaire du roi du Maroc cité nommément et c'est donc Mohammed VI qui est au centre du scandale ! Quand au Président Bouteflika dont la photo orne la première page du quotidien Le Monde, on sait à quoi ça sert : faire bouger les Algériens ! Car, franchement, et en nous basant sur ce qui est publié, on ne comprend pas ce que vient faire le chef de l'Etat algérien dans ce scandale. Visiblement Le Monde prend le relais du Figaro et j'ai presque envie de dire «chah» (bien fait !) pour tous les amis de cette France-là et notamment ceux qui avaient inondé ces deux journaux de publicité pour soigner leur image de marque !
Maintenant que le plat refroidit et que l'on prend un peu de distance par rapport à l'annonce tonitruante de cet «événement», je crois pouvoir dire qu'il obéit à un agenda politique bien précis : comme par hasard, les grands noms de la finance internationale, les loubards des hautes sphères de l'économie mondiale, les grands corrompus et corrupteurs des pays occidentaux — et à leur tête les Etats-Unis —, sont curieusement absents !
Placer Poutine en première position, suivi de Bachar El Assad est une signature très claire... Ces grands journalistes d'investigation ne sont certainement pas en cause mais ça sent la manipulation et c'est peut-être, avec cette curieuse nouvelle guéguerre aux portes de la Russie, l'une des réactions immédiates aux victoires du couple Poutine-El Assad contre Daesh !
[email protected]

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site