Dimanche 10 avril 2016
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
Monde
Contribution
Soit dit en passant  
Digoutage
Faits divers
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Nos archives en HTML


Actualités : Réalisation du nouveau marché de Baba Ali
Magro se chargera de la collecte financière et de la réalisation


C’est la Société de réalisation et de gestion des marchés de gros des fruits et légumes (Magro), qui aura la charge de gérer la «collecte et la réalisation du futur marché de gros des produits agroalimentaires» au niveau de la localité de Baba Ali. C’est l’idée clé autour de laquelle s’est tenue ce matin au siège de l'Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA), une réunion entre les représentants de cette organisation et ceux du département du commerce ?
Abder Bettache - Alger (Le Soir) - Il s’agit, selon le président de l’UGCAA, M. Salah Souilah, d’une simple «mise au point adressé à toutes les parties et lever ainsi les équivoques dans le but de rentrer de plain-pied dans l’opération de cet important projet».
Pour ce responsable, c’est la structure Magro qui sera l’interface entre le département du commerce et l’UGCAA, «tel que convenu lors de la dernière rencontre». Lors de la dernière rencontre qui s’est tenue en présence du premier responsable du département du commerce et des représentants de l’UGCAA, il a été convenu «que les commerçants prendront en charge le financement du projet de créer une entreprise qui s'occupera du design et de la réalisation, selon le ministre qui a annoncé également l'association de la Société de réalisation et de gestion des marchés de gros des fruits et légumes (Magro) qui détient une expérience dans la réalisation de ces projets».
M. Belaib a indiqué lors de cette rencontre qu'une assiette foncière de 80 hectares à Baba Ali (Birtouta), à proximité de l'autoroute, pour abriter cet espace commercial qui sera réalisé conformément aux critères internationaux. Un marché de gros de produits alimentaires à Baba Ali en remplacement de celui se trouvant actuellement à Gué-de-Constantine (ex-Semar). Il a été indiqué par ailleurs lors de la rencontre d’hier qu’il n’est pas exclu «la possibilité d'une contribution du gouvernement à la réalisation du marché si les commerçants ne parvenaient pas à assurer son financement intégral, affirmant qu'il suivra personnellement la réalisation de cet espace commercial pour aplanir tous les obstacles qui entraveraient sa réalisation, conformément aux instructions du Premier ministre, Abdelmalek Sellal».
Lors de la précédente rencontre, le ministre du Commerce avait souligné que la réalisation de ce marché était une expérience pilote pour la réalisation, à l'avenir, d'autres marchés similaires dans le but de mettre fin définitivement aux marchés informels. Le marché situé dans la localité de Semmar est considéré comme le plus important marché de produits alimentaires. Il compte en son sein 800 commerçants et offre plus de 20 000 emplois, selon les chiffres avancé par l'UGCAA.
Cependant, la direction a constaté que, pour différentes raisons, de nombreux commerçants ne possédaient pas de registre de commerce. Aussi, elle a décidé d'élaborer deux listes, la première comportant les noms de commerçants ayant un registre de commerce de façon régulière et la deuxième, les noms de ceux n'ayant pas renouvelé leurs registres. La deuxième liste sera étudiée au cas par cas pour s'assurer de l’habilité des commerçants à bénéficier d'un local au marché de Baba Ali. M. Belaib a insisté dans ce sens sur la nécessité de construire un marché qui peut accueillir tous les commerçants détenant un registre de commerce pour pouvoir ensuite étudier les cas des autres et d'intégrer ceux qui le méritent dans la nouvelle structure. A travers cette «délocalisation», l’Etat veut, semble passer à une vitesse supérieure dans l'éradication de l'informel et son intégration dans le circuit légal.
En effet, ce plus grand comptoir de la capitale, fournissant les vivres aux wilayas du centre et employant plus de 20 000 travailleurs, reflète, à la fois, l'essor du marché informel, l'anarchie qui caractérise la distribution et renseigne, surtout, sur le flot de liquidité qui échappe à tous les contrôles.
A. B.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site