Dimanche 10 avril 2016
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
Monde
Contribution
Soit dit en passant  
Digoutage
Faits divers
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Nos archives en HTML


Actualités : Médecine générale
Vers une spécialisation de la filière


Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière et son homologue de la Recherche et de l’Enseignement supérieur ont engagé une réflexion sur la spécialisation de la médecine générale.
Salima Akkouche - Alger (Le Soir)
- Pour valoriser la profession du médecin généraliste, le syndicat de cette profession a toujours revendiqué la spécialisation de la filière. Le projet pourrait bien aboutir puisque selon Nacer Grim, conseiller au cabinet du ministre de la Santé, la spécialisation de la médecine générale «n’est pas à exclure».
S’exprimant, hier, en marge de la douzième édition du Forum national de l’omnipraticien, M. Grim a indiqué que le ministère de la Santé et celui de l’Enseignement supérieur sont en train d’explorer cette piste. «Nous avons spécialisé le paramédical, alors pourquoi pas le médecin généraliste pour pouvoir offrir des soins de qualité ?», a indiqué l’intervenant.
La mise à niveau des programmes est également un chantier que les deux départements ont ouvert. «Les programmes doivent êtres en conformité avec les nouvelles pathologies», estime ce responsable. Selon Salah Laâouar, président du Syndicat national des médecins généralistes, la médecine générale est une spécialité à travers le monde dont le parcours des études se fait en une période de neuf ans. En Algérie, dit-il, le syndicat a demandé huit ou neuf ans d’études et deux ans de formation pour les praticiens déjà en exercice. Par ailleurs, le ministre de la Santé, dans son discours d’ouverture lu par son conseiller a indiqué que «l’approche innovante de création de circonscription sanitaire dans le nouveau projet de loi, place le malade au centre de nos préoccupations et le médecin généraliste comme pivot pour sa prise en charge, et consacre pour la première fois la notion du médecin référent».
C’est au médecin généraliste, estime le ministre de la Santé, que revient à la charge de bien réguler la prise en charge du malade et d’en assurer la continuité des soins. La 12e édition du forum était essentiellement axée sur la formation continue du médecin généraliste et à la prise en charge des maladies chroniques pour améliorer les compétences des médecins et la qualité des prestations. A ce sujet, Nacer Grim a rappelé qu’en une année, pas moins de 100 000 médecins généralistes ont bénéficié de la progression de carrière.
La formation sur le certificat d’études spécialisées (CES), ajoute-t-il, a été relancée pour toucher les domaines de l’oncologie, la gynécologie obstétrique et les urgences médicales. Le diabète sera la prochaine pathologie ciblée par cette formation.
S. A.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site