Dimanche 10 avril 2016
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
Monde
Contribution
Soit dit en passant  
Digoutage
Faits divers
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Nos archives en HTML


Actualités : ESTIMANT QUE LA JUSTICE DOIT TRANCHER LE CAS BOUCHOUAREB
Hanoune : «Khelil est venu se réfugier en Algérie»


Si elle fait preuve d’une relative prudence concernant l’affaire Abdessalem Bouchouareb, la secrétaire générale du PT ne fait pas dans le détail s’agissant de Chakib Khelil qui, selon elle, donne, l’impression d’être revenu en Algérie pour s’y «réfugier de peur de la justice étrangère», notamment italienne.

M. Kebci - Alger (Le Soir) - Après avoir été quelque peu réservée à son retour au pays, le 17 mars dernier, Louisa Hanoune décide de ressortir sa grosse artillerie pour s’en prendre, de nouveau, à l’ex-ministre de l’Energie et des Mines.
Le tapis rouge qui lui a été déroulé, reçu avec les honneurs qu’il était par le wali d’Oran avant de bénéficier, quinze jours plus tard, de la bénédiction d’une zaouia de Djelfa, a fait dire à la patronne du PT qui s’exprimait, hier samedi, à l’ouverture des travaux du bureau de wilaya d’Alger du parti, que l’on a l’impression que Khelil était reçu en «héros national, voire comme un messie ou encore comme l’homme providentiel». Soit une provocation de plus, selon celle qui estimera que «la justice italienne n’a pas encore tranché car en attente de l’enquête de son homologue suisse qui n’est pas celle du Zimbabwe».
Pour Hanoune, le juge aurait pu le convoquer à son retour au pays pour lui signifier qu’il y avait vice de forme dans le mandat d’arrêt international lancé contre lui et sa famille encore que, précisera-t-elle, «le fond du dossier est toujours là, présent». Et de considérer que c’est là «une mascarade dangereuse, voire du cynisme qui doivent, à ses yeux, cesser». Ne s’arrêtant pas là, la secrétaire générale du PT soutiendra que «Khelil donne l’impression d’avoir fui la justice étrangère pour venir se réfugier chez lui, dans son pays».
D’où son plaidoyer pour que la justice «agisse et vite car le pays ne peut supporter davantage de provocations». Et dans une réplique au secrétaire général du FLN qui plaidait pour un retour de Khelil pour «aider le pays», Hanoune invitera à s’imprégner du rôle pivot joué par ce dernier dans l’œuvre de destruction menée en Argentine du temps où il était cadre au FMI.
Ceci non sans avertir que «les processus révolutionnaires sont imprévisibles» et que «personne ne peut deviner l’élément déclencheur». Car, expliquera-t-elle, ce calme apparent qui ne doit pas tromper les responsables, ce n’est pas de la résignation. Il y a une colère sociale sans cesse grandissante». Au sujet du scandale d’évasion fiscale Panama Papers dans lequel vient d’être cité le ministre de l’Industrie et des Mines, la secrétaire générale du PT considérera que ces révélations sont trop sélectives et dirigées, et dira attendre des noms d’Américains, d’Israéliens car, pour elle, «les révélations ne concernent paradoxalement pour l’instant que les pays arabes, ceux de l’Afrique, de l’Europe et d’Amérique latine au moment où les États-Unis sont le cœur même de la corruption». S’interrogeant sur le timing de ces révélations, leur ordonnateur et leurs bénéficiaires, Hanoune estimera que la justice doit agir et rapidement pour trancher sur les déclarations de Abdessalem Bouchouareb faites jeudi dernier devant la commission des affaires économiques de l’APN.
La secrétaire générale du PT dénoncera, une fois encore, la préférence française, option, selon elle, très dangereuse, accusant l’Etat de venir au secours de l’ex-pays colonisateur en butte à une «crise économique sans précédent». Pour Hanoune, le partenariat algéro-français n’en est pas un mais plutôt une relation de «colonisateur-colonisé».
M. K.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site