Mardi 12 avril 2016
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
A fonds perdus  
Soit dit en passant  
Digoutage
Entretien
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Nos archives en HTML


Actualités : Enseignants contractuels
Benghebrit prend à témoin l’opinion publique


La ministre de l’Education nationale prend à témoin l’opinion publique concernant l’effort réalisé à l’égard des enseignants contractuels. Selon elle, les pouvoirs publics ont répondu à la revendication des enseignants contractuels à travers la valorisation des années d’expérience. Nouria Benghebrit appelle au respect des lois de la République et demande aux contractuels de s’inscrire au concours de recrutement.

Salima Akkouche - Alger (Le Soir) - Les pouvoirs publics ne feront pas plus de concessions que ce qu’ils ont déjà fait à l’égard des contractuels et ils n’ont pas l’intention de céder au chantage. Cependant, Nouria Benghebrit a supplié hier les enseignants à faire preuve de plus de sagesse pour reprendre les cours. «S’il vous plaît, une trêve pour l’école, une trêve pour les enfants», a-t-elle supplié. La ministre a rappelé lors d’une conférence de presse durant laquelle elle voulait expliquer la position des pouvoirs publics envers la situation des contractuels, toujours en grève de la faim aux portes d’Alger, à Boudouaou, que deux millions d’élèves vont entamer ce mois de mai les examens de fin d’année. Elle demande donc aux enseignants de ne pas perturber ce troisième trimestre. Benghebrit dit vouloir prendre à témoin l’opinion publique concernant l’effort pédagogique qui a été fait à l’égard des contractuels et affirme que les pouvoirs publics ne sont pas insensibles à la situation des enseignants. La preuve, dit-elle, trois réunions ont été tenues avec les représentants des contractuels et deux délégations ont été dépêchées à deux reprises à Boudouaou pour déclencher des négociations avec eux. «J’ai été désolée du fait que les enseignants ont refusé de négocier dans un établissement scolaire pour exiger un dialogue dans la rue», a-t-elle indiqué.
La ministre a rappelé que les protestataires demandent une intégration sans condition, mais c’est une chose contraire aux lois de la République et à la loi du travail. Le ministère, dit-elle, a répondu à leurs préoccupations « légitimes » liées aux versements des salaires et des primes. «Nous avons pris des dispositions pour garantir la transparence concernant le déroulement du concours à travers les inscriptions en ligne et les corrections qui vont se faire en présence du partenaire social. Cependant, concernant leur revendication d’intégration sans condition, le Premier ministre nous a proposé la valorisation de l’expérience dans la notation et la Fonction publique a accordé de zéro à six points pour l’expérience professionnelle», a rappelé la ministre.
Dans un ultime effort de dénouement de la situation, le ministère de l’Education a promis de renouveler les contrats des candidats qui ne seront pas admis au concours. Des propositions, dit la ministre, qui garantissent l’égalité des chances pour tous les citoyens de concourir dans le cadre de la Fonction publique. Jusqu’à hier, en effet, dit-elle, 867 160 candidats se sont inscrits au concours de recrutement de 28 000 enseignants. «Cette catégorie pour laquelle nous avons donné espoir d’intégrer cette profession appelle aussi au respect des lois de la République. Hier, c’était la promotion sans condition, aujourd’hui, c’est l’intégration sans condition, je ne sais pas, que vont-ils demander demain ? Un salaire sans condition ? Si nous continuons dans cette logique, même un candidat au bac qui n’a pas réussi son examen plusieurs fois peut demander d’intégrer la fac sans condition», a indiqué la ministre ironiquement. Elle a rappelé que le secteur compte 28 filières et 46 grades et que l’intégration sans condition peut-être exigée par tous ces contractuels de ces différentes filières qui sont au nombre de près de 78 000 contractuels. «Nous sommes extrêmement tristes de voir des enseignants dans cette situation et lorsqu’ils vont rejoindre leur postes; nous allons mobiliser tous les spécialistes en psychologie pour accompagner ces enseignants pour que le retard se fasse sans problème psychologique. Si nous voulons de la rigueur dans les établissements scolaires, nous devons préserver l’image de l’enseignant», a-t-elle soutenu.
Benghebrit a lancé un appel à ses enseignants «par respect à eux, en tant que personnes et par respect à la profession qui exige de l’exemplarité, par respect à l’enseignant qui est un exemple» de «faire preuve de sagesse» pour rejoindre leurs postes de travail et de s’inscrire au concours. «Les pouvoirs publics ont répondu à travers la valorisation de l’expérience, chose qui n’existait pas auparavant. Nous n’avons lésé personne», a-t-elle encore rappelé.

Les attestations de travail peuvent êtres déposées le jour du concours
La ministre de l’Education a indiqué hier que les contractuels n’ayant pas encore pu retirer leur attestation de travail pour l’intégrer dans leur dossier de candidature peuvent la déposer le jour du concours, le 30 avril prochain.

Une commission pour mettre les normes d’un contrat à durée déterminée
Nouria Benghebrit a annoncé hier qu’elle allait installer une commission de travail pour mettre les normes d’un contrat à durée déterminée. Les postes de contractuels, dit-elle, sont occupés par «connaissance, par un réseau relationnel et par proximité. Mais ce n’est pas la faute des contractuels, les coupables c’est nous car nous n’avons pas mis en place des critères dans ce domaine».
S. A.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site