Jeudi 14 avril 2016
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Monde
Les choses de la vie  
Ce monde qui bouge  
Soit dit en passant  
Digoutage
Faits divers
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Nos archives en HTML


Chronique du jour : SOIT DIT EN PASSANT
Panama ? C’est la porte à côté !


Par Malika Boussouf
[email protected]
Il est des jours comme ça où, quand on commence à se dire que l’honnêteté ne paie pas et qu’il vaut mieux, par conséquent, adopter une autre façon d’agir, cela signifie que l’on a décidé d’intégrer le fan-club de ceux qui ont un jour opté pour la rapine. Ramasser au maximum ce qui est à portée de main et renoncer au travail pour le gain facile ? Les grosses fortunes qui se sont montées ces dernières années ont sonné le glas d’une progression vers un futur attendu par le peuple d’en bas. Quand à l’intérieur du système ou dans certains cercles qui gravitent autour de lui on se dit, un matin, que ce pays ne mérite pas que l’on milite pour sa promotion par le travail, il faut comprendre par là que c’en est fini pour les petites bourses. L’ascension dans la pratique mafieuse salit de façon horripilante la réputation du pays et trahit la mémoire de ceux qui se sont sacrifiés pour lui arracher une indépendance dont on se demande de plus en plus en quoi elle a servi les Algériens. Lorsque le scandale sur les comptes offshore ont éclaboussé un ministre en exercice de chez nous, je n’ai pas pu m’empêcher de me demander comment aurait réagi le Président Bouteflika si un quotidien français n’avait pas publié sa photo en une, aux côtés de celles d’autres chefs d’Etat impliqués dans ces affaires de détournement à leur profit de sommes inestimables. Je me suis aussi posé la question de savoir s’il aurait protesté contre le fait que l’on associe sa personne à cette débauche d’informations déshonorantes ou s’il aurait fait part de son mécontentement par solidarité pour son ex-directeur de campagne ? Affaire à suivre. Parce que si l’on en croit les révélations d’un confrère engagé, depuis bon nombre d’années, dans la lutte contre la corruption, Bouchouareb ne serait qu’un enfant de chœur dans tout ce qui se trafique dans le dos du peuple algérien. La solidarité autour des détrousseurs du peuple qui se croient infaillibles et qui voudraient se faire passer pour les vertueux qu’ils ne sont pas va-t-elle mettre en branle son émotion habituelle ? En attendant, beaucoup vont faire profil bas, le temps que la tension retombe.
M. B.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site