Jeudi 14 avril 2016
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Monde
Les choses de la vie  
Ce monde qui bouge  
Soit dit en passant  
Digoutage
Faits divers
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Nos archives en HTML


Actualités : Promotion des TPE et PME
Comment les banques esquivent leurs responsabilités économiques


Près de 10 ans après l’objectif de création de 2 millions de petites et moyennes entreprises, le résultat, à ce jour, ne dépasse pas les 800 000 unités. Si les autorités concernées sont souvent interpellées pour ne pas assumer leurs responsabilités, les banques ont aussi leur part de tort.
Naouel Boukir - Alger (Le Soir)
- C’est à peine si 40% de cet objectif fixé en 2007 sont atteints. Vraisemblablement, «on est encore très loin», a déclaré hier à la radio le président du Conseil national consultatif de la création des PME, Zaim Bensaci.
Effectivement, ce n’est pas «par un simple décret» qu’on booste la création de TPE et PME ou qu’on met fin au chômage.
Toutefois, les banques, dans leur rôle d’investisseurs dans une économie, ont «normalement» l’obligation de s’investir et d’investir dans celle-ci. Ce n’est justement pas le cas en Algérie où «un accompagnement et un soutien effectif» des projets d’investissement n’est définitivement pas une réalité, a ajouté le conférencier. Déjà que l’obtention d’un simple prêt auprès d’elles est soumis à une panoplie de conditions.
En effet, toute la problématique réside dans le fait que les banques «refusent de partager le risque avec l’investisseur» en finançant sa TPE, sa PME ou même son projet. Or, c’est justement leur rôle par définition, d’être «associées», que ce soit en risques ou en bénéfices.
Pourquoi cette omission d’une responsabilité fondamentale? Il est vrai qu’il y a une part d’instabilité juridique, mais aussi celle liée à la monnaie et à la finance de manière plus globale. Cela dit, le président du Conseil consultatif de la création des PME, admet «qu’il est temps que la Banque d’Algérie réagisse en prévoyant des règles adaptées» à la relance de l’économie en commençant par la rénovation de la sphère financière. Ce sont «des décisions politiques importantes et nouvelles» qu’il y a lieu d’entreprendre, a-t-il ajouté. En l’occurrence, il blâme l’intéressement différé du gouvernement vis-à-vis du développement du tissu productif lié à celui de la PME. «Le jour où on avait beaucoup d’argent, on ne s’est pas tellement préoccupé de la place ou de la promotion de la PME ; pourtant c’était à ce moment là qu’il fallait s’y investir», a-t-il rappelé, la leçon habituelle.
Aujourd’hui cet investissement est devenu «une nécessité», voire même une urgence puisque «le temps joue contre nous». Et ce n’est évidemment pas «du jour au lendemain» qu’on décide d’implanter quelque 2 millions de PME.
Effectivement, c’est une réelle stratégie d’investissement pour donner plus de visibilité aux investisseurs et ce qui «doit être» une priorité aujourd’hui. Car le développement de la PME est, selon Z.Bensaci, «un projet de société».
L’élaboration «d’une cartographie de la PME» est à quoi «s’est engagé» le Conseil consultatif de la création des PME, depuis quelques années déjà. Ceci, afin de déterminer les zones potentielles pour le développement de filières adaptées aux ressources et spécificités matérielles et immatérielles des régions sélectionnées.
Pourtant, des résultats concrets, il n’y en a toujours pas encore de ce côté, entre autres.
N. B.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site