Dimanche 24 avril 2016
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
Monde
Contribution
Ici mieux que là-bas  
Soit dit en passant  
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Nos archives en HTML


Actualités : Le FFS célèbre le Printemps berbère à Oum-El-Bouaghi
«Tamazight est indissociable du combat démocratique»


Le FFS a choisi le contact direct avec la population, notamment celle du pays pour commémorer le 36e anniversaire du Printemps amazigh. Depuis Oum-El-Bouaghi, le premier secrétaire national du plus vieux parti de l’opposition démocratique en Algérie, M. Nebbou, nous a déclaré que «tamazight est inconcevable sans la liberté. Et la liberté comme la démocratie sont nationales».
Abder Bettache - Alger (Le Soir) - Chez le FFS, on refuse d’exclure une revendication démocratique du combat pour la démocratie. C’est ce qu’indiquent des sources proches de la direction nationale du parti, dont le premier secrétaire national a prononcé un discours d’une «importance capitale» dans la ville d’Oum-El-Bouaghi, hier, à l’occasion de la célébration du 36e anniversaire du Printemps berbère. Lors de son intervention, M. Nebbou a dressé un état des lieux des plus sombres de la situation que traverse le pays. Selon lui, «des rives de la Méditerranée aux confins du Sahara, chaque jour des Algériens se lèvent et protestent contre leurs conditions de vie. Contre la pauvreté, contre le chômage, contre la hogra, contre l’absence de justice, contre la corruption, contre le mépris».
Devant cette situation, qualifiée d’«inacceptable», le FFS a indiqué que «nous et tous les Algériens souffrons de l’état dans lequel se trouve notre pays. Un pays dont la Révolution a fait l’admiration des peuples du monde». «Mais l’Algérie d’aujourd’hui, quand elle fait la Une des médias, c’est pour des scandales de corruption ! Et cela dure depuis des années, après avoir fait la Une des médias du monde entier pour cause de terrorisme et de violences pendant la décennie 1990.
Jusqu’où les autorités du pays pensent-elles aller à ce rythme ? Jusqu’à quand allons-nous continuer à ouvrir le journal du matin sur un scandale et celui du soir sur un scandale encore plus grand ?» s’est interrogé le premier responsable du FFS. M. Nebbou dira, par ailleurs, que «ce pays de 40 millions d’hommes et de femmes est aujourd’hui livré en pâture à l’incompétence, à la gabegie, à la corruption, à la dilapidation de ses richesses matérielles et violemment attaqué dans ses richesses morales et symboliques. Cette crise est une crise politique et morale d’abord.
Crise économique, sociale et culturelle, ensuite». C’est dans cette optique que le FFS cite le MAK. Selon lui, «c’est dans ce contexte de déliquescence générale qu’il faut replacer l’apparition d’un mouvement séparatiste en Kabylie».
«C’est un mouvement jusque-là minoritaire, mais la déliquescence de l’Etat, l’absence de projet de développement, l’obstruction des perspectives d’avenir pour une jeunesse privée du droit au travail, à l’exercice de ses libertés, à son épanouissement social, politique et culturel risquent de changer cette donne», explique-t-on. Et d’ajouter :
«Au FFS, notre combat et notre attachement à l’unité nationale et à l’intégrité territoriale de l’Algérie sont indéfectibles. Ils sont étroitement liés à notre identité politique tout comme notre engagement pour tamazight et les autres composantes de la personnalité algérienne et de l’identité nationale. (…) Tous les gens sérieux savent que la revendication de tamazight est indissociable de la démocratie. (…)
On ne peut pas imaginer le destin et l’avenir de la Kabylie en dehors du destin national commun de toute l’Algérie. Le destin de la Kabylie est lié au destin de toutes les régions d’Algérie.»
A. B.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site