Samedi 30 avril 2016
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
Le soir numérique & Sat
Culture
Monde
Contribution
Lettre de province  
Soit dit en passant  
Digoutage
Soirmagazine
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Nos archives en HTML


Sports : Football
52e finale de la coupe d’Algérie seniors-garçons, ce dimanche (16h30) au stade du 5-Juillet (Alger) : MC Alger- NA Hussein-Dey
Pour l’amour du spectacle : «jouez !»


L’heure de vérité sonne pour les deux teams de la capitale. Ce dimanche après-midi, aux coups de 16h30, Mouloudéens et Nahdistes se lanceront à la conquête de Dame Coupe, épreuve populaire par excellence, qui étrennera sa 52e édition.
Mohamed Bouchama - Alger (Le Soir) - MCA-NAHD, d’habitude, est un derby des plus anodins. Sans grand effet sur la «population» des deux formations. Rares, en tout cas, sont les derbies MCA-NAHD qui attirent les foules des grands jours. A Bologhine, au stade du 20-Août, à Rouiba et dans toutes les enceintes de la capitale, MCA-NAHD est naturellement un derby mais draine peu de monde. Sauf que pour cette finale inédite du 1er mai 2016, la donne change. Parce que le Nasria n’a plus gagné de titres ou trophées depuis voilà trente-sept ans et de l’autre, le Mouloudia veut sauver une saison mièvre, aussi bien en termes de résultats qu’en prestations de premier ordre. Une quête difficile pour une équipe qui a remporté cette saison 7 victoires en 27 sorties (13 nuls et 7 défaites) pour 23 buts inscrits. Avec une armada de vedettes chichement payées, ces statistiques n’inspirent aucune confiance auprès des fans du club Doyen présent dans cinq finales depuis dix ans (2006, 2007, 2013, 2014 et 2016). En face, le Milaha présente un bilan équilibré : un 3x9 (9 victoires, 9 nuls et 9 défaites) et son attaque (30 buts dont 12 signés Gasmi) ne devance la défense que de quatre petites unités (34 réalisations encaissées). Mais, ces chiffres ne veulent rien dire tant l’équipe drivée par le rusé Bouzidi affiche une grinta de tous les instants. Surtout quand il s’agit de matchs à sensations comme c’est le cas à l’occasion des derbies algérois. A titre d’illustration, les Sang et Or ont engrangé 15 points (4 victoires, 3 nuls et 3 défaites) durant la série de derbies algérois face au MCA, USMA, USMH, CRB et RCA tandis que les Vert et Rouge n’en ont récolté que 10 unités (1 succès, 6 nuls et 3 défaites).
Beaucoup répliqueraient que la loi des statistiques n’a pas droit de cité à l’occasion des rendez-vous de Coupe, à quelque tour que soit. C’est vrai, la Coupe est tellement capricieuse que ce n’est pas toujours les meilleurs qui l’emportent. Ce constat est d’autant plus vrai que, sur le papier aussi, le MCA dispose d’un effectif d’un calibre sensiblement supérieur à celui du NAHD. En nombre d’internationaux et d’ex-internationaux. Certes, Karim Ghazi, le sociétaire du Milaha, disputera sa neuvième finale, mais qui d’autres parmi ses coéquipiers, hormis ceux qui ont évolué au MCA (Zeddam, Ouali), à l’USMA (Gasmi et Benaldjia) et au RCA (Seddiki et Zeddam) ont pris part à des finales ? Comparativement aux Mouloudéens, les Husseindéens sont minorisés, mais ce n’est pas non plus là le plus important dans une finale frappée du sceau de l’inédit. A telle enseigne que les deux entraîneurs, l’expérimenté Youcef Bouzidi et son assistant Bilal Dziri et Lotfi Amrouche aidé par Tarek Lazizi ne sont pas mieux renseignés que la vox-populi sur les chances des uns et des autres à soulever le trophée national 2016. La certitude est que cette Coupe restera à Alger. Hussein-Dey ou Bab El-Oued, la question est entière. Le NAHD, qui attend le sacre depuis voilà 37 ans, aura sa chance de mettre à genoux des Mouloudéens dont le désir d’accrocher une huitième étoile et rejoindre l’ESS et l’USMA au panthéon, ne semble plus suffisant. Pour plusieurs raisons, le MCA n’est pas favori. Sans véritables attaquants, des serials killers notamment, l’équipe de Lotfi Amrouche peut craindre le pire. Avec de meilleurs atouts dans ce registre, Gasmi, Ouhadda mais également Mbingui et Choubani, le NAHD est-il pour autant sûr de renverser un Doyen, malade de ses hommes, qui voudrait fêter ses 95 ans avec un sacre qui ne changerait rien à son train-train quotidien ?
M. B.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site