Samedi 30 avril 2016
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
Le soir numérique & Sat
Culture
Monde
Contribution
Lettre de province  
Soit dit en passant  
Digoutage
Soirmagazine
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Nos archives en HTML


Et si tu laissais faire les
 vrais experts, ma Christine ?

Par Hakim Laâlam  
Email : [email protected]
Constructions inachevées. L’Etat décidé à sévir.
Bravo ! Je suis d’accord ! D’ailleurs, j’apporte mon
concours citoyen et désintéressé en signalant une
gigantesque construction inachevée dans la capitale.
Plus précisément dans le quartier de…

… Mohammadia !

Et là, la grande Christine, patronne du FMI, vient avec son p’tit foulard Hermès et son air pincé nous annoncer benoîtement que «l’Algérie restera déficitaire jusqu’en 2020» ! Non mais, dis donc Lagarde ! Qui c’est qui t’a fourré ce genre de théories fumeuses sous ta crinière argentée ? Ce n’est pas sérieux ! Tu as consulté qui pour en arriver à cette scabreuse conclusion d’un déficit algérien jusqu’en 2020, au moins ? Tes experts ? Oui, mais as-tu au moins pris le temps de demander leur avis aux vrais experts ? Ceux qui comptent réellement ? Non, bien sûr ! J’ai beau lire et relire le listing des entrevues accordées par les cheikhs de nos zaouïas, ton nom n’y figure pas. Pas de Christine Lagarde à Chlef. Pas de Christine Lagarde à Aïn-Defla. Pas de Christine Lagarde à Tissemsilt. Pas de Christine Lagarde à Mascara. Pas de Christine Lagarde nulle part dans les registres du FAZ, le Fonds Algérien des Zaouïas. Comment veux-tu, ensuite, passer et faire passer ton petit FMI pour un machin crédible et audible ? C’est impossible, ma Christine. Le monde bouge. Le monde avance. Et les places financières et économiques mondiales ont enfin compris, grâce à l’Algérie, qu’il existe de nouveaux outils plus performants, plus modernes pour évaluer la santé d’un pays. Faut te mettre à la page. Il ne suffit pas juste d’un tailleur Yves Saint Laurent pour paraître in. Non ! Actualise tes logiciels. L’avenir passe désormais par les zaouïas. Seules les Tarîqa peuvent décemment décréter si l’Algérie sera encore en déficit en 2020 ! Et ne viens pas me larmoyer à l’oreille qu’on ne peut tout de même pas réduire l’analyse financière à l’avis d’un cheikh, représentant d’un Saint Patron. Si ! On peut ! On fait d’ailleurs mieux que ça, ma belle dame. Sais-tu que dans nos zaouïas se discute, en ce moment, le cours du baril de pétrole ? Tu ne le savais pas, hein ? Tu vois ! Alors, un peu d’humilité ma Christine, et laisse faire les vrais spécialistes. Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

Nombre de lecture : 1

  Édition papier
Lire le journal en PDF

Télécharger le journal en zip

     

Le soir videos

 



 
Video sur Youtube    

Dernier sondage 
Pensez-vous qu’aujourd’hui, il est nécessaire d’introduire rapidement le bac profes-
sionnel ?
Oui : 86,20%
Non : 12,40%
Sans opinion : 1,40%

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site