Mercredi 4 mai 2016
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Auto
Culture
Monde
Contribution
Tendances  
Soit dit en passant  
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Nos archives en HTML


Chronique du jour : SOIT DIT EN PASSANT
A vos sites de rencontres !


Par Malika Boussouf
[email protected]
Il est des jours comme ça où, en naviguant sur internet, je n’ai pas le temps d’accéder à l’information recherchée que déjà je me retrouve face à cette annonce, devenue quasi incontournable, qui vous invite à trouver un mari musulman. C’est clair, il me suffit d’ouvrir n’importe quel papier pour y avoir droit et, pour ne rien vous cacher, j’ai fini par trouver ça insupportable. Non pas que ce soit la seule annonce qui vous harcèle, mais j’ai la nette impression que c’est la seule qui me suit partout. Du coup, le «trouver un mari musulman» aura, franchement, fini par, sérieusement, me raser. Imaginez que je sois seule dans la vie et que j’aie envie de prendre pour époux un chrétien, un animiste, un juif, un bouddhiste ou un athée ? Si vous allez sur les réseaux sociaux, vous y avez droit , si vous allez sur Google, vous n’y échappez pas, si vous allez sur Yahoo, non plus ! L’annonce fait peut-être l’affaire de jeunes célibataires en panne de prétendants ou d’idée pour mettre la main sur le profil idéal, mais comment font celles qui n’en ont pas besoin ? Pourquoi ne propose-t-on pas aux hommes en perte d’inspiration et de repères de leur trouver une épouse musulmane ? Cela dit, l’annonce pourrait faire le bonheur de jeunes filles qui ont de plus en plus de mal à rencontrer leur pendant masculin. Elles n’ont plus qu’à tenter de s’en décrocher un par le biais de ce site. J’avoue ne pas être allée regarder de plus près le contenu de la proposition. D’abord, parce qu’à force de la croiser, j’ai fini par développer une espèce de rejet tout en me demandant, plutôt, comment faire pour m’en débarrasser. Je crains, par ailleurs, si je venais à ouvrir le lien, de tomber sur un site islamiste. Les barbes au nombril, les kamis mi-mollet, les pantalons au-dessus de la cheville et les chaussettes blanches, on en croise au quotidien. Nul besoin d’aller en admirer d’autres sur un site de rencontres qui leur est dédié. L’invitation à la noce s’adresserait-elle à une population féminine spécifique ? Certainement pas à ces musulmanes rompues à la transgression d’interdits qui les empêcherait d’aimer sans contrainte.
M. B. 

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site